La Une sur le cardinal Sarah «indigne» les journalistes de «Paris Match»

Avis de tempête à Paris Match. La Société des journalistes (SDJ) de l’hebdomadaire « s’indigne » ce mercredi, du sujet de Une du prochain numéro qui sera en kiosque lundi. « Qui est vraiment le cardinal Sarah », titre le magazine, sans recourir à la forme interrogative, en annonçant une interview avec « l’homme d’influence et de paix » menée par Philippe Labro.

Un choix qui « ne correspond pas à la ligne éditoriale du journal » et qui pourrait, s’alarme la SDJ, « déboussoler [les] lecteurs et les détourner » de la revue. Les journalistes soulignent que, dans l’entretien, « les positions les plus controversées du cardinal Sarah aient été passées sous silence ».

La SDJ de « Paris Match » dit son indignation au sujet de la Une du nouveau numéro, à paraître jeudi, mettant en avant le cardinal Sarah. Les journalistes déplorent que Philippe Labro, qui a mené l’interview, n’ait pas évoqué les position les plus controversées du prélat pic.twitter.com/0RfH9rdiid

Illustration

L‘accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur « J‘ACCEPTE », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires

Et pour mieux rémunérer 20 Minutes, n’hésitez pas à accepter tous les cookies, même pour un jour uniquement, via notre bouton « J‘accepte pour aujourd‘hui » dans le bandeau ci-dessous.

Plus d’informations sur la page Politique de gestion des cookies.

Le prélat d’origine guinéenne s’est distingué par ses prises de position radicales. « Les idéologies occidentales de l’homosexualité et de l’avortement et le fanatisme islamique sont aujourd’hui ce qu’étaient le nazisme, le fascisme et le communisme au XXe siècle », avait-il ainsi déclaré en 2015.

Bolloré dans le viseur

La SDJ de Paris Match révèle que la rédaction en chef avait « tenté de convaincre la direction du groupe Lagardère de revenir sur son choix de Une » et dénonce « cette ingérence de la direction du groupe ».

Dans le viseur : Vincent Bolloré qui est, depuis la mi-juin, actionnaire à plus de 57 % du groupe Lagardère via Vivendi. « Dans ce contexte d’OPA (…), nous espérons tous que [cette ingérence] ne signe pas un virage éditorial mettant en cause notre indépendance », conclut la SDJ.

Source: Lire L’Article Complet