La France des pavillons… et les autres France

Le portrait d’un Français dans une banlieue pavillonnaire sous la plume de Renaud – un portrait du pays des maisons Phénix dont vous avez entendu la mise en liquidation judiciaire cette semaine sur France Info. Les amis de Renaud – ils sont nombreux – auront reconnu Mon nain de jardin, chanson de 2002 pleine de compassion pour un de ces Français qu’il a adoré détester.

Renaud a grandi dans un immeuble collectif du XIVe arrondissement, et il a donné une voix aux habitants des grands ensembles de la banlieue parisienne. Et donc, les pavillons étaient le territoire ennemi : pavillons chics de Neuilly dans Adieu minette en 1977 ou pavillons du conformisme ouvrier dans Baston en 1980…

Dans le second épisode de Ces chansons qui font l’actu diffusé ce week-end, vous entendez des extraits de :

Renaud, Mon nain de jardin, 2002

Renaud, Adieu minette, 1977

Renaud, Baston !, 1980

Vald, Dernier retrait, 2019

Vald, Aulnay-sous-Bois, 2014

Vald, Guedin, 2012

Fabe, Des durs, des boss, des dombis, 1997

Lefa chez Youssoupha, Kash, 2021

Guizmo, Amicalement vôtre, 2017

Kery James, 28 décembre 1977, 2012

113, Au summum, 2003

Renaud, Mon nain de jardin, 2002  

Vous pouvez également suivre l’actualité de cette chronique sur Twitter.

Souvenez-vous : pendant l’été 2019, La Playlist de Françoise Hardy a été une traversée du bagage musical d’une autrice, compositrice et interprète considérée comme l’arbitre des élégances de la pop en France.

En juillet et août 2017, nous avions passé Un été en Souchon, pendant lequel Alain Souchon nous a guidés dans une promenade savoureuse dans toute une vie d’amour de la chanson.

Source: Lire L’Article Complet