Je me porte caution pour mon petit-fils, je risque quoi ?

Votre petit-fils emménage et vous vous portez garant… Voici les règles à connaître.

Restez informée

S’il y a des impayés, vous devrez les régler, sachant qu’être garant engage tous vos biens : revenus, logement, pensions.

La caution est simple ou solidaire. Simple, elle peut faire jouer « le bénéfice de discussion », afin de demander au bailleur de poursuivre d’abord le cautionné. Vous n’aurez à vous en acquitter que s’il est insolvable. Soyez vigilante, certains actes de cautionnement prévoient une renonciation à ce bénéfice. Et avec une caution solidaire ? On vous sollicitera dès le premier impayé de loyer ou de charges, au même titre que le locataire (le créancier peut s’adresser au choix à l’un ou l’autre). Et s’il y a plusieurs cautions – si votre petit-fils vit en colocation, par exemple –, vous pouvez être poursuivie pour l’ensemble de la dette.

Limitez aussi l’engagement à un seul bail, soit trois ans (ou un an pour un meublé). À défaut, le cautionnement sera tacitement renouvelé.

Listez enfin les aléas qui mettraient automatiquement fin à la caution : divorce des cautionnés, départ d’un concubin, décès du locataire ou bien votre propre décès (sinon, vos héritiers se retrouveraient caution).

A lire aussi :

⋙ Se porter caution, quels sont les risques ?

⋙ Location meublée : comment ça marche ?

⋙ Donation, succession… Transmettre à ses petits-enfants, mode d’emploi

Source: Lire L’Article Complet