Hantavirus : quels sont les symptômes et les traitements ?

Dernièrement, seize cas d’hantavirus ont été signalés dans l’est de la France. On fait le point sur ce virus transmis à l’Homme par l’intermédiaire de certains rongeurs et les précautions à prendre pour s’en protéger.

  • FEMME ACTUELLE – "Peut-être que si j'avais été là" Dominique Besnehard se sent coupable de la mort de Dalida – VIDEO

    Femme Actuelle

  • FEMME ACTUELLE – Covid-19 : Emmanuel Macron questionné sur le couvre-feu… par une écolière !

    Femme Actuelle

  • FEMME ACTUELLE : SOS j'ai les ongles mous : que faire ?

    Femme Actuelle

  • FEMME ACTUELLE – Marine Le Pen : pourquoi ses enfants ne portent pas son nom ?

    Femme Actuelle

  • FEMME ACTUELLE – "Une nuit un peu compliquée" : Michel Cymes révèle que sa femme a été vaccinée à l'AstraZeneca

    Femme Actuelle

  • FEMME ACTUELLE – Mort d'Yves Rénier : ce grand regret de l'acteur concernant Johnny Hallyday

    Femme Actuelle

  • FEMME ACTUELLE – Affaire Estelle Mouzin : les fouilles reprennent après la mystérieuse découverte d’un riverain

    Femme Actuelle

  • FEMME ACTUELLE – Meghan Markle "narcissique" ? Elle se fait dézinguer par le chanteur des Sex Pistols

    Femme Actuelle

  • FEMME ACTUELLE – Aurélien et Mathieu déjà en couple dans "Mariés au premier regard" ? Pascal de Sutter réagit au bad buzz

    Femme Actuelle

  • Une idée de recette légère pour le soir

    Femme Actuelle

  • FEMME ACTUELLE – Nos astuces pour congeler du basilic

    Femme Actuelle

  • FEMME ACTUELLE – Lucie Lucas prête à faire de la chirurgie esthétique ? Elle répond

    Femme Actuelle

  • FEMME ACTUELLE – Youboox : livres, BD, presse, magazines… L'application qui vous propose de lire en toute liberté

    Femme Actuelle

  • FEMME ACTUELLE – Disparition de Delphine Jubillar : ses voisins sortent enfin du silence

    Femme Actuelle

  • FEMME ACTUELLE – Déconfinement le 3 mai : Gabriel Attal en dit plus sur la "première étape" de réouverture

    Femme Actuelle

  • FEMME ACTUELLE – Camille Cerf : victime d'un accident de voiture, elle prend la parole sur Instagram

    Femme Actuelle


  • FEMME ACTUELLE – "Peut-être que si j'avais été là" Dominique Besnehard se sent coupable de la mort de Dalida – VIDEO
    FEMME ACTUELLE – "Peut-être que si j'avais été là" Dominique Besnehard se sent coupable de la mort de Dalida – VIDEO


    Femme Actuelle


  • FEMME ACTUELLE – Covid-19 : Emmanuel Macron questionné sur le couvre-feu… par une écolière !
    FEMME ACTUELLE – Covid-19 : Emmanuel Macron questionné sur le couvre-feu… par une écolière !


    Femme Actuelle


  • FEMME ACTUELLE : SOS j'ai les ongles mous : que faire ?
    FEMME ACTUELLE : SOS j'ai les ongles mous : que faire ?


    Femme Actuelle

VIDÉO SUIVANTE

Hantavirus : qu’est-ce que c’est exactement ?

Les hantavirus sont des virus de la famille des Bunyaviridae. À ce jour, 48 hantavirus ont été officiellement répertoriés : ils sont présents dans le monde entier. Les rongeurs sont les hôtes principaux des hantavirus – en Europe et en Asie, ces virus atteignent tout particulièrement les campagnols et les mulots ; sur le continent américain, ils sont plutôt retrouvés chez les souris et les rats.

Chez les rongeurs infectés, les hantavirus restent silencieux : les rongeurs sont dits ” porteurs sains “. Ils peuvent cependant infecter l’Homme et être à l’origine de deux maladies, que l’on appelle des zoonoses virales : en Europe et en Asie, ils sont responsables de fièvres hémorragiques à syndrome rénal (FHSR) tandis qu’aux États-Unis, ils provoquent des syndromes cardio-pulmonaires à hantavirus (SCPH).

À savoir. En France métropolitaine, les hantavirus sont essentiellement présents dans le quart nord-est du pays. Les contaminations surviennent plutôt au printemps et en été.

Hantavirus et coronavirus : quelles différences ? Comme les virus de la famille des coronavirus, les hantavirus se transmettent à l’Homme via l’animal et sont responsables de zoonoses virales (les FHSR ou les SCPH pour les hantavirus, le Covid-19 pour le coronavirus SARS-CoV-2).

Mais la ressemblance s’arrête là : les hantavirus ne se transmettent pas entre Hommes (selon le Ministère de la Santé) et il n’existe pas de vaccin contre les hantavirus (tandis qu’il existe plusieurs vaccins contre le SARS-CoV-2). Par ailleurs, chaque année, il n’y a qu’environ 100 cas d’infection à hantavirus enregistrés en France.

Hantavirus : quels sont les symptômes de la fièvre hémorragique à syndrome rénal (FHSR) ?

Hantavirus : comment se transmet-il ? En Europe et en Asie, les hantavirus se transmettent via l’inhalation de poussières contaminées : concrètement, lorsqu’on inhale des micro-particules de salive, d’urine ou de déjections de rongeurs atteints par le virus. Plus rarement, la contamination peut se faire via le contact entre l’urine, les déjections ou la salive de rongeurs contaminés et la peau (même si celle-ci n’est pas éraflée). On peut également attraper un hantavirus lorsqu’on boit de l’eau contaminée ou lorsqu’on mange des aliments contaminés.

Ainsi, les infections à hantavirus concernent plutôt les personnes qui ont l’habitude d’aller se promener en forêt ou à la campagne, les personnes régulièrement en contact avec des rongeurs, et les personnes qui travaillent ou habitent dans des zones rurales – agriculteurs, maraîchers, bûcherons, menuisiers, ébénistes, gardes forestiers…

Fièvre hémorragique à syndrome rénal (FHSR) : les symptômes. Après un temps d’incubation (c’est-à-dire : le délai entre l’infection virale et les premières manifestations de la maladie) de 1 à 6 semaines, on observe les symptômes suivants chez le patient :

  • Une fièvre supérieure à 38°C accompagnée (ou pas) de frissons,
  • Des maux de tête (céphalées),
  • Des douleurs musculaires importantes (surtout dorsales, thoraciques et/ou abdominales),
  • Des troubles de la vision (troubles de l’accommodation visuelle, à la manière d’une myopie aiguë),
  • Une thrombopénie (c’est-à-dire : un taux de plaquettes dans le sang anormalement faible),
  • Une atteinte rénale (qui peut être légère, modérée ou sévère),
  • Dans un tiers des cas environ : des manifestations respiratoires discrètes.

À savoir. La fièvre hémorragique à syndrome rénal (FHSR) peut également être asymptomatique. La maladie est mortelle dans 0,4 % à 10 % des cas.

Hantavirus : le diagnostic et les traitements de la fièvre hémorragique à syndrome rénal (FHSR)

Fièvre hémorragique à syndrome rénal (FHSR) : le diagnostic. Outre l’examen clinique, le diagnostic de fièvre hémorragique à syndrome rénal (FHSR) est posé à l’aide d’un bilan sanguin basé sur la recherche d’anticorps de type immunoglobulines (IgM et IgG anti-hantavirus). On parle de ” test ELISA “.

Fièvre hémorragique à syndrome rénal (FHSR) : les traitements. À l’heure actuelle, il n’existe aucun traitement spécifique contre les zoonoses virales à hantavirus – des essais ont néanmoins été menés avec des médicaments à base de ribavirine ou encore d’icatibant. Il n’existe pas non plus de vaccin. Le traitement est donc essentiellement symptomatique (paracétamol…).

Infection à hantavirus : quelles mesures de prévention ? Pour éviter une infection à hantavirus, les autorités sanitaires recommandent de ne pas pénétrer dans des locaux fermés ou abandonnés (surtout à la campagne ou en forêt), d’éliminer les endroits susceptibles d’être colonisés par des rongeurs (caisses abandonnées, tas de bois…), de stocker la nourriture de façon sécurisée (boîtes fermées et hermétiques…), et de dératiser régulièrement les granges, greniers et caves situés à la campagne et en bordure de forêt.

Sources :

  • Ministère de la Santé
  • Santé Publique France
  • Institut Pasteur

À lire aussi :

⋙ Covid-19 : le vinaigre blanc et l’eau de Javel tuent-ils le virus ?

⋙ Zika : transmission, symptômes et traitements de ce virus transmis par le moustique tigre

⋙ Immunité au top : mon assiette anti-virus

Source: Lire L’Article Complet