EXCLU. Taylor Kitsch (The Terminal List) : "Avec Chris Pratt, c’était important que l’on se fasse confiance"

À l’occasion de la sortie de la série "The Terminal List" sur Amazon Prime vidéo ce vendredi 1er juillet, le réalisateur David DiGilio et l’acteur Taylor Kitsch se sont confiés à Télé Star sur ce nouveau projet d’envergure.

Télé Star : Présentez-nous la série…

David DiGilio : C’est un thriller paranoïaque centré sur James Reece (Chris Pratt), un Navy SEAL qui perd tout son peloton lors d’une mission secrète. En rentrant chez lui, ses souvenirs de l’opération ne sont pas clairs. Il commence à se demander s’il a fait une erreur, s’il est fou ou si ses hommes ont été victimes d’un complot…

La série est tirée du livre de Jack Carr, publié en 2018. Pourquoi avoir choisi de l’adapter à la télévision plutôt qu’au cinéma ?

David DiGilio : Le projet a débuté avec Chris Pratt et Antoine Fuqua. Tous deux souhaitaient obtenir les droits du roman de Jack Carr et ont décidé de s’associer. Ce sont deux grosses stars du cinéma mais quand ils ont étudié le livre, ils ont réalisé qu’il y avait trop de choses à dire en deux heures de film, que le développement des personnages demandait plus que ça. Ils ont donc décidé d’en faire une série et ont commencé à chercher un showrunner. C’est là que je suis arrivé. Je leur ai proposé d’adapter le livre en mettant l’accent sur l’aspect psychologique de l’histoire, et la paranoïa est devenue l’élément central de cette première saison. Ensuite, on s’est intéressés aux personnages. En accueillant des acteurs comme Taylor, Constance Wu et Jeanne Tripplehorn, c’est vraiment devenu de la "cinevision". C’est un énorme film, mais en 8 chapitres.

Taylor, vous incarnez Ben Edwards, agent de la CIA et meilleur ami de Reece (Chris Pratt). Avez-vous lu le livre avant de vous lancer ?

Taylor Kitsch : Non, je n’ai pas eu beaucoup entre le casting et le début du tournage et personnellement, j’utilise plus le script quand je travaille. De plus, Jack était là. Il m’a fait confiance, m’a donné les rênes de son personnage.

Comment s’est passée la collaboration avec Chris Pratt ?

Taylor Kitsch : C’était très cool. L’histoire étant très lourde, il était très important que l’on ait une relation basée sur la confiance. Et c’est très facile de travailler avec Chris. Quand la caméra ne tourne pas, l’ambiance est très détendue, on passe tout notre temps à faire des blagues et à rigoler. C’est aussi comme ça que l’on apprend à connaître les gens, en riant ensemble, et ça permet d’être plus à l’aise pendant le tournage.

Comment vous êtes-vous préparé pour le rôle de Ben ?

Taylor Kitsch : J’ai eu la chance de travailler avec un conseiller militaire. Il a été génial avec moi. Il m’a préparé aussi bien physiquement que psychologiquement.

Quelle a été votre réaction en découvrant la série à l’écran pour la première fois ?

David DiGilio : C’était incroyable. Je me suis rendu compte que l’on avait fait quelque chose d’encore plus original que ce que l’on espérait. Dans la première scène, les SEALs se déplacent dans des tunnels, c’est une sorte de métaphore sur le cerveau. Ça pose l’élément psychologique de la série et ça permet d’introduire tous les personnages. C’est filmé de manière très subjective, on est directement dans la tête de Reece (Chris Pratt) et je pense que c’est ce qui fait que le spectateur est happé par la série.

En quoi The Terminal List est-elle différente des autres films et séries centrés sur des soldats souffrant de troubles du stress post-traumatique ?

Taylor Kitsch : C’est davantage un thriller psychologique qu’une histoire de stress post-traumatique. C’est très facile d’écrire sur un militaire souffrant de TSPT, mais l’on va beaucoup plus loin que ça. Le personnage principal ne sait pas s’il peut faire confiance à ceux qui l’entourent.

Peut-on espérer une suite ?

David DiGilio : On adorerait poursuivre cette histoire. Les livres de Jack Carr sont incroyables et nous pourrions écrire au moins 3 saisons de plus pour l’instant.

Source: Lire L’Article Complet