Euro 2021 : Originalité, prise de risque, cohérence… Les joueurs se sont-ils illustrés niveau style ?
  • Comme à chaque tournoi, les marques sponsors ont redoublé d’inventivité pour revisiter le traditionnel maillot de foot de chaque équipe.
  • A quelques jours de la finale de l’Euro 2021, « 20 Minutes » a passé en revue des maillots marquants de la compétition.

Alors que l’Euro 2021 touche bientôt à sa fin, l’heure est venue de se poser LA question épineuse de la compétition : le style. C’est bien beau de mettre des frappes en lucarne à plus de 25 mètres, mais si on n’a pas l’allure qui va avec, autant rester sur le banc. Et comme à chaque tournoi, les marques sponsors ont donc redoublé d’inventivité pour revisiter le traditionnel
maillot et faire la différence sur le terrain. Des modèles qui se sont arrachés comme des petits pains auprès des supporteurs, pour des raisons aussi bien affectives, culturelles ou esthétiques. Sans grande surprise, celui des
Bleus n’a pas failli à son statut de best-seller incontestable des points de vente en France, et alors même que l’équipe n’a pas forcément été au rendez-vous d’un point de vue sportif.

Dans le réseau Intersport, le Portugal et l’Italie ont pris les 2e et 3e places des ventes (du début de l’année 2021 à la semaine dernière), suivis par l’Allemagne et la Belgique. Du côté d’Unisport, c’est l’Italie qui a remporté la deuxième marche du podium des ventes en ligne sur le marché français (sur la période du 11 juin au 5 juillet), suivie par, surprise, la Finlande. Or équipe de France, il représente 22 % des ventes françaises des maillots de l’Euro du distributeur. « C’est une tendance que nous avons observée auparavant. Tout le monde aime les outsiders et lors de ces grands tournois, il y a toujours une nation dont le grand public tombe amoureux », analyse dans un communiqué Daniel Hansen, le responsable des achats des vêtements de football du réseau. Derrière les Finlandais, les Pays Bas et le Portugal ont complété leur top 5.

Mais que valent ces maillots d’un point de vue style ? Font-ils honneur à l’amour que les supporteurs portent à ces équipes ? 20 Minutes en a passé quelques-uns en revue, en commençant par ceux des deux finalistes de la compétition.

La renaissance italienne

Le maillot domicile de l'Italie.

L’avis de Clio Weickert (CW), cheffe autoproclamée du micro service style : « Vu de loin, le maillot a un côté criard avec ce bleu qui pique les yeux façon sac Ikea. Il vaut beaucoup plus le coup d’œil de près, où l’on découvre les motifs floraux inspirés de la Renaissance italienne. On salue ce parti pris subtil en référence à l’histoire de l’art, mais on regrette le ton sur ton qui gomme tout l’intérêt du motif. »

L’avis de Julien Laloye (JL), chef du service des sports : « Classique, pas mal et on l’identifie de loin. En revanche le côté tapisserie de Bayeux c’est sympa, mais à Bayeux. Il y a des musées pour ça. »

La sobriété anglaise

Le maillot domicile de l'Angleterre.

C.W. : « Sobre, mais efficace. En même temps en disposant seulement trois lions (»The three lions «, le blason de l’Angleterre), et une virgule sur un maillot blanc, c’était quand même difficile de se rater. Alors oui au moins on évite les motifs casse-gueule… Mais c’est quand même dommage de jouer la carte de la simplicité pour un pays qui ne manque pas d’excentricités. »

J.L. : « Les meilleures recettes sont toujours les plus simples : du blanc avec le moins de caca possible dessus. En revanche, est-ce un maillot qu’on peut porter quand on n’est pas beau et musclé ? Vraie question. »

Une France en demi-teinte

Le maillot domicile de la France.

C.W. : « La nouveauté ? Une bande rouge en hommage aux maillots portés par les Bleus lors de la Coupe du monde en 1998. Et probablement un petit porte-bonheur pour un doublé avec l’Euro… Bref, on comprend l’idée mais la bande casse un peu la silhouette. Quant à la marinière, on en a déjà pas mal soupé, il serait peut-être temps de se renouveler un peu. »

J.L. : « Je m’interroge sur cette bande rouge, de loin que voit-on, des pompiers en groupe ? Et la couleur est un peu trop brillante peut-être, on dirait un peu un kéké qui arrive en boîte de nuit avec sa chemise satin un peu ringarde. C’est non pour moi. »

L’orange clivante

Le maillot domicile des Pays-Bas.

C.W. : « Gros coup de cœur pour le maillot hollandais ! Enfin une teinte exaltante (il faut dire que la couleur du pays aide), qui donne envie de vivre et de boire des coups en terrasse (ce qui a peut-être porté préjudice à l’équipe). Sans oublier ce majestueux lion graphique brodé en ton sur ton qui apporte une véritable profondeur au tissu. Une réussite. »

J.L. : « Une vraie cohérence, ce petit lion dessiné relativement discrètement, pas trop Desigual, raccord avec les armoiries du pays… Maintenant le problème éternel avec la Hollande, ça reste la couleur du maillot quoi. »

L’outsider finlandais

Le maillot domicile de la Finlande.

C.W. : « Un maillot plutôt simple et reconnaissable, et un joli dégradé du noir au bleu roi. On aurait peut-être aimé un peu plus d’originalité dans la croix, comme un motif de ciel étoilé, éclairé par une légère lueur de crépuscule… Quelque chose d’un peu plus poétique pour changer. »

J.L. : « Ok, la classique croix qu’on a l’impression d’avoir déjà vu mille fois… Un maillot asymétrique quoi. Maintenant, pourquoi marche-t-il particulièrement ? Peut-être juste la volonté de faire son intéressant en prenant le maillot d’une équipe que personne ne supporte. »

La prise de risque slovaque

Le maillot domicile de la Slovaquie.

C.W. : « Il faut savoir saluer l’audace. Certes on reste dans la gamme du bleu un peu boring, mais avec un motif marbré, qui donne un peu l’effet d’une mer déchaînée. Le rendu final n’est peut-être pas totalement abouti, mais ce maillot a au moins le mérite d’interpeller, de provoquer une émotion, et c’est loin d’être le cas de tous. »

J.L. : « Belle tentative mais c’est un non. Déjà le patchwork des sponsors entre Nike, la Fédé, les armoiries du pays, on dirait que ça a été cousu à l’arrache… En revanche pour un tapis de yoga, pourquoi pas. »

Source: Lire L’Article Complet