En altérant notre mémoire, l'anxiété favorise la création de faux souvenirs

Une nouvelle étude, publiée le 3 novembre 2022 dans le Journal of Personality and Social Psychology, s’est penchée sur les conséquences de l’anxiété sur la mémoire et les relations. 

Les chercheurs de l’Université d’État du Michigan (États-Unis) ont ainsi établi une corrélation entre “l’anxiété d’attachement et les faux souvenirs”.

En effet, les adultes qui s’inquiètent régulièrement d’être rejetés ou abandonnés par leurs proches seraient plus susceptibles de créer de faux souvenirs, négativement connotés. 

L’anxiété d’attachement altère notre mémoire

Les scientifiques à l’origine de l’étude ont découvert que les personnalités attestant d’une anxiété d’attachement, c’est-à-dire ayant du mal à faire confiance aux autres et craignant que les gens les abandonnent et/ou les rejettent, avaient tendance à se souvenir incorrectement des détails, plus souvent que le groupe témoin (ne présentant pas ce type d’anxiété).

“Les individus anxieux de l’attachement sont très sensibles aux expressions émotionnelles des autres et peuvent les utiliser pour faire des inférences [mouvement de la pensée qui consiste à admettre une proposition en raison de son lien avec une proposition déjà tenue pour vraie] incorrectes (qui deviennent potentiellement faussement codées dans la mémoire)”, relate l’étude. 

Une « sur-analyse » des relations 

Mais ce biais de mémoire s’effectuait “uniquement lorsque les participants pouvaient voir une vidéo d’une autre personne transmettant des informations”, détaille les recherches.

Concrètement, les faux souvenirs survenaient lorsque les individus apercevaient, lors des tests, l’interlocuteur dans une vidéo – et non quand ils l’entendaient seulement.

“Ces personnes analysaient de manière intensive ce qu’il se dit dans les vidéos”, explique Dr Nathan Hudson, co-auteur de l’étude : en effet, du fait de leur peur du rejet, les personnes interprétaient excessivement les expressions faciales, passaient au crible les interlocuteur.ices et, ainsi, avaient tendance à mal (ou trop) juger leurs expressions. 

Un mélange de souvenirs et d’émotions qui crée de faux souvenirs

Lorsque les scientifiques ont demandé aux participant.es ce que contenait les vidéos, les personnes anxieuses avaient mélangé, dans leur mémoire, les extraits regardés (de vrais souvenirs), et leurs propres sentiments et émotions – comme la peur intense de l’abandon.

En effet, le cerveau “stocke des extraits d’informations sur nos expériences, et lorsque nous essayons de nous souvenir d’un souvenir, il combine des informations stockées et fait sa meilleure estimation de ce qu’il s’est passé« .

Ainsi, “nos personnalités peuvent potentiellement affecter nos capacités de mémoire”, termine le psychologue dans son étude. 

  • Que se passe-t-il dans le corps quand on fait une crise d’anxiété ?
  • Peur de l’abandon : “J’ai peur qu’il me quitte”

Source: Lire L’Article Complet