Emmanuel Macron « furieux » : son « coup de pression » à Jean Castex et à Olivier Véran

Pour faciliter la tâche aux parents, agacés par les pharmacies bondées, le gouvernement Macron a choisi de se tourner vers les autotests… non sans un « coup de pression » du Président.

Parents et enfants ont suivi de très près les dernières annonces du Premier ministre, lundi 10 janvier. Trois autotests seront gratuitement fournis et nécessairement demandés à l’élève pour son retour à l’école, une seule attestation sur l’honneur signée par les parents sera requise. Enfin, les classes ne fermeront plus si un cas positif est diagnostiqué au cours de la journée. Les parents pourront ainsi attendre la sortie des classes pour récupérer leur(s) bambin(s). La généralisation des autotests, prenant le pas sur les tests PCR et antigéniques, a été décidée vendredi dernier, comme le révèle Le Parisien. « Le président de la République était furieux de voir se succéder partout les témoignages de parents excédés à force de courir partout pour trouver une pharmacie. Il a mis un coup de pression« , a dévoilé un conseiller au journal.

En conséquence, Jean Castex a convoqué Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation, et Olivier Véran, ministre de la Santé, à Matignon, pour évoquer de nouvelles mesures. Ce serait ce dernier qui aurait proposé l’idée des autotests pour désengorger les pharmacies, lors d’une « réunion un peu tendue« .

Une grève maintenue

La décision a été débattue tout au long du week-end, avant d’être validée lundi en interne, puis présentée au journal télévisé de France 2. Ce qui n’empêchera pas sept organisations syndicales, ayant obtenu le soutien de la FCPE, première fédération de parents d’élève, d’appeler à la grève ce jeudi.

Article écrit en collaboration avec 6Medias.

Crédits photos : Jacques Witt/Pool/Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet