Elsa, sage-femme : "Je n’ai pas choisi ce métier pour ça"

Cet été, la France manquera de sages-femmes remplaçants à l’hôpital pour pallier les départs en congés des titulaires. Une nouvelle fois, la profession tire la sonnette d’alarme. Elsa, sage-femme en Nouvelle-Aquitaine, témoigne des conditions de travail et des répercussions sur les jeunes parents.

Les informations recueillies sont destinées à CCM Benchmark Group pour vous assurer l’envoi de votre newsletter.

Elles seront également utilisées sous réserve des options souscrites, à des fins de ciblage publicitaire.

Vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d’en demander l’effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

Voir un exemple

Les sages-femmes tirent souvent l’alarme sur leurs conditions de travail et sur le danger que cela implique pour les mères et enfants. “On nous promet des choses qui ne viennent jamais, des revalorisations salariales qui n’aboutissent pas, plus d’effectifs… Mais tout cela ne vient pas, parce qu’on se dit qu’on n’abandonnera jamais, qu’on a bien trop de conscience. Or tout ceci est essentiel pour pouvoir fournir un accompagnement de qualité, pour garantir la sécurité.” Elsa raconte aussi sa passion pour ce métier, l’engagement des sages-femmes pour les futurs parents et les bébés. “Je veux garder espoir que la situation change. Je ne veux pas laisser ces femmes encore plus seules qu’elles ne le sont déjà dans ce moment-là“, termine Elsa. 

Source: Lire L’Article Complet