Dr Love : Pas d’orgasme… Pas de plaisir ?

Jouir, jouir, jouir. On ne parle presque plus que de ça ! Et si ce n’était pourtant pas si nécessaire que ça ?

Une norme… parfois énorme Le plaisir féminin est longtemps resté tabou. Il ne fallait surtout pas avouer qu’on en avait ! Mais les années 70 sont passées par là et la question de l’orgasme des femmes est devenue un sujet de conversation presque banal. 0n en parle aujourd’hui bien plus facilement entre copines et avec son +1. Et c’est bien ! Sauf qu’à force, la société en a fait un véritable culte.

Un passage obligé vers le bonheur. Et celles qui n’en ont pas, osent de moins en moins le dire, par peur d’être stigmatisées.

Pourquoi ça ne marche pas à tous les coups ?

Ne pas avoir d’orgasmes à chaque rapport n’est absolument pas un problème. Car la femme, contrairement à l’homme, ne se sent pas forcément frustrée parce qu’elle n’a pas joui à la fin (par jouir, entendez trembler de tout son corps en poussant des cris proches du bébé souris). En réalité, le rapport de type crescendo est un modèle basé sur la sexualité masculine, avec progression jusqu’au bouquet final.

Mais cela n’a rien à voir avec l’orgasme féminin, qui peut être morcelé, s’arrêter, reprendre, ne pas intervenir forcément à la fin… Et aussi ne pas venir du tout !

Est-ce vraiment un problème ?

Non ! Une fois de plus, certaines femmes n’ont pas besoin de grimper au rideau pour être comblée, et se contentent parfaitement bien du plaisir ressenti pendant l’acte. Les injonctions véhiculées par les films, la musique, les lieux communs, et qui ont imposé l’orgasme comme le but premier de tout rapport sexuel, ne font qu’accentuer le sentiment de mal-être que peuvent ressentir certaines femmes qui n’en ont jamais connu. Et cela les inhibe encore davantage… Tout comme les hommes, d’ailleurs, qui ne font pas couiner leur moitié au lit ! Alors que ne pas crier, ne pas se tortiller, ne pas pleurer, ne veut pas dire ne pas aimer. L’orgasme est un savant mélange entre ce que l’on s’autorise, ce que l’on cherche, sa capacité de lâcher prise, et la qualité du rapport, notamment des préliminaires.

Se forcer à obtenir quelque chose qui va contre ses principes, son caractère, son ressenti, est sans doute le pire à faire dans le sexe.

Donc si vous n’éprouvez aucun manque à ne pas avoir d’orgasme, n’écoutez surtout pas ceux qui voudraient vous faire culpabiliser.

Car souvent, eux aussi cachent la vérité !

A voir aussi : Dr Love : Libido en berne ? Voici la solution !

Source: Lire L’Article Complet