Dire des gros mots, c’est bon pour la santé et c’est prouvé !

Ils ne sont pas jolis lorsqu’ils sortent d’une bouche mais les gros mots peuvent nous faire du bien… Selon une nouvelle étude, ils auraient des bienfaits physiologiques, cognitifs, émotionnels et sociales. Rien que ça !

Restez informée

« Putain », « merde », « con » Les grossièretés sont nombreuses à sortir de notre bouche chaque jour, involontairement ou non. S’ils sont utiles pour insulter quelqu’un, signifier que l’on apprécie ou déprécie quelque chose voire marquer la surprise, ce n’est pas tout. D’après une nouvelle étude publiée dans la revue scientifique de linguistique Lingua, les jurons auraient des vertus insoupçonnées, notamment sur la douleur, les capacités physiques ou encore la mémoire. Autrement dit, mieux vaut donc laisser s’échapper les noms d’oiseaux !

Les gros mots soulagent la douleur

Pour comprendre les bienfaits des jurons, les chercheurs britanniques et suédois ont analysé de nombreuses expériences déjà réalisées. Dans l’une d’entre elles, des participants devaient garder leurs mains le plus longtemps possible dans un bain d’eau glacée. Certains d’entre eux avaient le droit de dire des grossièretés, d’autres non. Résultat, les personnes qui juraient ont dit avoir moins ressenti la douleur. D’après les auteurs de l’étude, dire des gros mots provoquerait une hypoalgésie ou analgésie et soulagerait donc la douleur. Et cela grâce à un effet de distraction, une activation du système nerveux autonome ainsi que la libération de l’adrénaline dans le sang ou encore l’augmentation de la fréquence cardiaque. Lorsque vous vous cognez le doigt de pied contre la table basse, inutile donc de vous censurer !

Plus de force et de mémoire, moins de stress

De la même manière, jurer durant un effort intense, comme le sport, augmente vos capacités physiques, selon les chercheurs. Dans de nombreuses expériences, la performance musculaire (force et puissance) des participants était plus importante chez les personnes qui se laissaient aller à quelques grossièretés. Vous saurez quoi faire lorsque vous tenterez de soulever une charge trop importante…

Les grossièretés auraient aussi le pouvoir de stimuler notre mémoire et notre attention car elle activerait des zones du cerveau spécifiques. C’est d’ailleurs pour cela qu’on a tendance à bien les mémoriser… Jurer nous permet aussi de décompresser face aux événements stressants. Un véhicule qui grille la priorité à droite et manque de nous percuter, une mauvaise nouvelle… Les noms d’oiseaux soulageraient et seraient comme « une forme de catharsis permettant aux conducteurs de faire face à des sentiments de colère dans des situations de route stressantes ». Mais ce n’est pas tout, ces derniers nous permettraient d’améliorer nos liens sociaux en réduisant la « distance » qui nous sépare des autres. À condition de les employer au bon moment, au bon endroit… À éviter au bureau donc !

Source: Lire L’Article Complet