Des découvertes confirment une extinction catastrophique de la vie sur Terre il y a 2 milliards d'années

Il y a plus de 4 milliards d’années se formait notre planète et apparaissaient les océans puis la vie, dans lesquels coexistaient les premiers organismes unicellulaires. Environ 500 millions d’années plus tard apparaît la photosynthèse, un procédé naturel permettant aux organismes vivant de capter et de transformer la lumière du soleil en énergie.

Remontant encore au fil du temps nous arrivons à un épisode important dans l’histoire de notre planète nommé “la Grande Oxydation” : une période au cours de laquelle l’oxygène est apparu en quantité significative dans l’atmosphère, altérant le climat de la planète jusqu’à provoquer la plus longue période glaciaire jamais arrivée dans son histoire.

Une extinction plus grande qu’on le pensait

Afin de mieux comprendre cette période, des chercheurs se sont rendus dans les îles Betcher, un archipel du Canada situé dans la baie d’Hudson où les conditions du terrain étaient favorables pour prélever des échantillons sur des gisements de barite conservant les marques de cette période. Si la communauté scientifique avait déjà connaissance de l’impact de cette période sur le vivant, les chercheurs ont pu confirmer qu’une extinction massive bien plus grande qu’on l’aurait imaginé s’est produite dans les océans à l’époque.

Vidéo: Karine Lacombe apporte une précision de taille sur le test salivaire (Télé Loisirs)

  • En Inde, un glacier de l'Himalaya s'effondre : au moins 7 morts et une centaine de disparus

    Gentside

  • Venise : un carnaval inédit sans touristes

    Le Figaro

  • Quand les musées sont fermés, les galeries sont pleines

    AFP

  • Mayotte reconfiné pour au moins trois semaines

    AFP

  • Birmanie : des milliers de manifestants contre le coup d'Etat

    AFP

  • À Saintes, la Charente poursuit sa crue historique forçant les évacuations d’urgence

    Le Figaro

  • À Lyon, un étrange phénomène météorologique rend le ciel orangé

    Le Figaro

  • Dans les cités, des policiers à pied pour renouer avec la population

    AFP

  • Face au Covid-19, Christian Estrosi interdit les locations saisonnières pour une partie des vacances scolaires

    Le Figaro

  • Explosion à Bordeaux: un disparu et un blessé grave

    AFP

  • À l’aéroport de Roissy, Jean-Baptiste Djebbari assure que les contrôles aux frontières sont «stricts»

    Le Figaro

  • La Russie expulse une diplomate polonaise: images de l'ambassade de Pologne à Moscou

    AFP

  • Inondations dans le Sud-Ouest: Castex promet une déclaration de catastrophe naturelle «dans les meilleurs délais»

    Le Figaro


  • En Inde, un glacier de l'Himalaya s'effondre : au moins 7 morts et une centaine de disparus
    C'est une terrible catastrophe naturelle couplée à une tragédie humaine qui s'est déroulée ce dimanche 7 février en Inde.


    Gentside


  • Venise : un carnaval inédit sans touristes
    Sur la mythique place Saint-Marc à Venise, plongée dans un épais brouillard, flânent des couples déguisés en nobles de la Sérénissime et des enfants costumés s'aspergent de confettis. C'est le coup d'envoi du carnaval, mais version Covid, sans la foule habituelle de touristes. Avant la pandémie, le carnaval rapportait environ 70 millions d'euros, dépensés par une moyenne de 567.000 touristes, selon la commune de Venise.


    Le Figaro


  • Quand les musées sont fermés, les galeries sont pleines
    A Paris, on se précipite dans les galeries d’art, à défaut de pouvoir aller dans les musées fermés à cause de la pandémie. Certains n'hésitent pas patienter dans une file d'attente, sous la pluie, avant de pouvoir admirer photos ou installations. Les galeristes accueillent chaleureusement ces érudits en manque de culture ou des néophytes enthousiastes.


    AFP

VIDÉO SUIVANTE

La vie prolifère et se développe

Avant la grande oxydation, l’oxygène était faiblement présent dans l’atmosphère, car il se trouvait emprisonné dans l’eau et les roches. Les organismes unicellulaires qui vivaient à l’époque absorbaient le dioxyde de carbone et la lumière pour se nourrir, et relâchaient en guise de déchets l’oxygène, un élément chimique vital pour nous mais toxique pour les êtres vivants de cette époque.

La vie soudainement s’éteint

En mesurant les isotopes d’oxygène, de soufre et de baryum trouvés dans les roches prélevées au Canada, les chercheurs ont découvert en 2019 des isotopes d’oxygène négatifs survenant peu de temps après la Grande Oxydation. Ce phénomène ne put être expliqué que par une réduction brusque du renouvellement des organismes, qui se reproduisaient soudainement 5 à 200 fois moins.

La raison de l’extinction : “une pollution d’oxygène”

L’augmentation de l’oxygène et la surpopulation d’organismes provoqua plusieurs réactions en chaîne tant dans l’atmosphère que dans l’eau, où de nombreux métaux commencèrent à disparaître et où les éléments nutritifs indispensables au vivant se mirent à manquer. C’est donc une immense famine qui eut raison des principales forme vivantes présentes à cette époque sur la planète, provoquant une extinction de 99 % de la vie sur Terre.

Source: Lire L’Article Complet