Dentiste : détartrage, soins dentaires, carie… quand consulter ?

Caries, maladies gingivales, abcès… les pathologies de la sphère bucco-dentaire peuvent être diagnostiquées et prises en charge par un chirurgien-dentiste. On vous explique tout ce qu’il faut savoir sur ce spécialiste.

Restez informée

Il est recommandé de se rendre au moins une fois par an chez le dentiste afin de réaliser une visite de contrôle. Une consultation tous les six mois est cependant préconisée pour les individus présentant des maladies chroniques comme du diabète, des maladies cardiovasculaires et inflammatoires.

Le rôle d’un dentiste consiste à prévenir et à traiter les maladies bucco-dentaires. Ce dernier soigne les caries et les maladies gingivales. Il est également chargé de la reconstitution et de la dévitalisation des dents, de la détection des lésions buccales comme les mycoses ainsi que du dépistage des lésions précancéreuses.

Autre mission du dentiste ? La pose de couronnes et de prothèses pour la réhabilitation des fonction masticatoires. Ce professionnel de santé s’occupe aussi des patients touchés par de l’apnée du sommeil. Ce trouble peut notamment être traité avec la réalisation d’une orthèse d’avancée mandibulaire.

Quels sont les motifs pouvant pousser à consulter un dentiste ?

« Les caries entraînent souvent des douleurs et les maladies gingivales peuvent être accompagnées de saignements. De façon surprenante, ce nest pas le saignement des gencives qui provoquent des consultations rapides, mais les dents qui bougent », explique le Docteur Christophe Lequart, chirurgien-dentiste et porte-parole de l’Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire (UFSBD). Selon le praticien, 70% des activités d’un dentiste sont consacrées au traitement des caries et des maladies gingivales et 30% à la réhabilitation prothétique, autrement dit la réalisation de couronnes et de prothèses.

Chirurgien-dentiste : comment se déroule une consultation bucco-dentaire ?

Lors de la première consultation, le dentiste réalise une anamnèse, c’est-à-dire qu’il interroge le patient sur ses traitements médicamenteux, sur d’éventuelles allergies médicamenteuses et sur de potentielles pathologies comme le diabète ou les troubles cardiovasculaires.

Dans un second temps, le professionnel de santé le questionne sur le motif de sa consultation bucco-dentaire. Il procède ensuite à une inspection visuelle des dents afin de déceler des lésions carieuses reconnaissables grâce à des variations de couleur ou des cavités. « À laide dune sonde, on va également se promener sur lensemble des faces dentaires. On remarque une consistance cuir lorsquune carie est présente sur une dent », détaille le Docteur Christophe Lequart.

Pendant la consultation, les gencives sont examinées avec soin. « Une inflammation gingivale se caractérise par des gencives rouges, gonflées avec des saignements tandis que des gencives saines sont roses, avec une texture de peau dorange et surtout sans saignement ou gonflement », précise le spécialiste. Avant d’ajouter : « On regarde attentivement la langue, le palais ainsi que lintérieur des joues. Les lésions précancéreuses se situent souvent sous la langue. »

En cas de caries ou de problèmes gingivaux, le dentiste peut effectuer des examens complémentaires. Il peut réaliser une radiographie panoramique prenant en compte l’intégralité de la bouche ou une radiographie se concentrant uniquement sur des zones étroites. Un dento-scan peut aussi être préconisé afin de dépister des lésions osseuses ou des fêlures et des fractures radiculaires.

Quelles sont les différences entre un dentiste et un orthodontiste ?

On l’a dit : un chirurgien-dentiste soigne majoritairement les affections bucco-dentaires et réalise des prothèses ainsi que des couronnes tandis qu’un orthodontiste traite les mauvais positionnements dentaires dûs à des problèmes de placement des dents ou de développement osseux.

« Un patient peut être orienté vers un orthodontiste lorsque la mandibule, los de la mâchoire inférieure, et/ou la maxillaire, los de la mâchoire supérieure, ont eu un mauvais développement qui est souvent à lié à une mauvaise position de la langue ou à une respiration buccale plutôt que nasale », complète le Docteur Christophe Lequart. Ce spécialiste réalise la pose d’appareils dentaires pour repositionner de manière harmonieuse les dents.

Il existe plusieurs autres spécialités associées au domaine bucco-dentaire. C’est notamment le cas de la chirurgie buccale qui remplace la stomatologie depuis 2011 et de la médecine bucco-dentaire qui étudie la dermatologie buccale ainsi que les lésions présentes sur les muqueuses.

Quelles sont les études à réaliser pour devenir chirurgien-dentiste ?

Après avoir obtenu le baccalauréat, deux formations permettent d’accéder aux études de chirurgien-dentiste : le parcours spécifique accès santé (PASS) ou une licence avec option « accès santé » (L.A.S). « Les études odontologiques sont ensuite intégrées lors de la deuxième année. Dans le cas de L.A.S, il est possible de choisir, par exemple, une licence danglais avec option médecine. Cependant, si l’étudiant rate sa première année, il ne pourra pas poursuivre la formation de chirurgien-dentiste », souligne le Docteur Christophe Lequart.

Près de six ans d’étude sont donc nécessaires pour devenir chirurgien-dentiste tandis que neuf ans sont requis pour débuter une carrière d’orthodontiste. La chirurgie buccale et la médecine bucco-dentaire requièrent respectivement dix et neuf ans d’étude.

Merci au Docteur Christophe Lequart, chirurgien-dentiste et porte-parole de l’Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire (UFSBD)

Source: Lire L’Article Complet