Découvrez ces lieux qui portent un nom de grenouille

Partout en France, des lieux humides rendent hommage aux amphibiens. Des voisins sympathiques et souvent bruyants !

Restez informée

En Ariège, l’étang des crapauds

Aujourd’hui réservé à la pêche à l’omble, ou saumon de fontaine, cet étang n’héberge pas des mâles de grenouilles, mais des crapauds ! Le point d’eau qui porte le nom des amphibiens à la peau épaisse et verruqueuse est situé sur la commune pyrénéenne d’Auzat, à plus de 2100 m d’altitude.

Dans le Cher, la rivière Chanteraine

Un cours d’eau où coassent les raines et les rainettes ? Joliment dénommée Chanteraine, cette petite rivière du bassin de la Loire prend sa source sur le territoire de Valognes, dans le département du Cher, avant de se jeter quinze kilomètres en aval dans la Vauvise, près du bourg de Feux.

A Nantes, la rue des Grenouilles

Située dans un quartier pavillonnaire de Nantes, la rue des Grenouilles est aussi la straed ar Raned, comme l’indiquent deux plaques, en français et en breton. Il est vrai qu’à proximité se trouvent les deux mares du parc du Grand-Blottereau. Pour les grenouilles, c’est la belle vie, coa !

Dans les Yvelines, l’île de la Grenouillère

Au XIXe siècle, les tableaux de Renoir ou de Monet et les nouvelles de Maupassant ont immortalisé la guinguette de l’île de la Grenouillère, située à Croissy-sur-Seine. Ici, les bourgeois de Paris déjeunaient, se baignaient, faisaient du canotage, dansaient et contaient fleurette.

En Mayenne, Rennes-en-Grenouilles

Cette commune d’une centaine d’âmes, à la limite de l’Orne et de la Mayenne, est appelée Rennes-en-Grenouilles depuis 1801. Un jeu de mots (« raine » signifie grenouille en ancien français) pourrait être à l’origine du nom de la localité, soumise à de fortes pluies et parfois à des inondations.

A lire aussi :

⋙ Découvrez ces lieux qui portent le nom du loup

⋙ Découvrez ces lieux qui portent un nom de pie

⋙ Découvrez ces lieux qui portent un nom de renard

Article paru dans le numéro Femme Actuelle Jeux Animo n°9 de septembre-octobre 2021

Source: Lire L’Article Complet