Dakota Johnson confinée : à la lutte avec la dépression, elle se confie

Bien qu’elle ait pu compter sur la présence de son petit ami Chris Martin ces dernières semaines, le moral n’a pas toujours été au beau fixe pour Dakota Johnson. Dans une nouvelle interview, l’actrice s’est confiée sur son état d’esprit en cette période de confinement.

Dans une nouvelle interview accordée à Extra, le 20 mai 2020, Dakota Johnson a donné de ses nouvelles après plusieurs semaines de confinement chez elle, à Los Angeles. Un entretien lors duquel l’actrice de 30 ans a confié ses difficultés à rester optimiste en cette période de crise sanitaire, flirtant même avec la dépression.

Vous êtes à la maison, vous n’êtes pas avec vos amis, vous n’êtes pas avec votre famille, nous ne pouvez pas faire les choses qui vous font vous sentir utile. Vous êtes en quelque sorte dans ce costume de dépression, a affirmé la star des films 50 Shades of Grey. En ce moment, il y a une immense douleur et tristesse qui ricochent constamment dans le monde, donc il est difficile de se sentir totalement positif toute la journée, tous les jours lorsque le monde est triste, c’est dangereux, effrayant et solitaire.” Un sentiment que partage d’ailleurs Goldie Hawn, comme elle a pu le confier dans Good Morning Britain ce jeudi : “Je ressens une énorme angoisse et une tristesse immense. Je pleurs trois fois par jour parce que ça me fait mal de penser qu’il y a des abus, de la colère, et tout ça a à voir avec le confinement, la peur et l’incertitude.

Pour autant, il n’est pas question de se laisser sombrer pour Dakota Johnson, qui explique qu’elle se change les idées en restant active : “Méditer ou sortir faire un tour, être bienveillant avec son corps… Ces petites choses finissent par faire une différence, a expliqué la fille de Melanie Griffith et Don Johnson. J’ai beaucoup lu et regardé beaucoup de films, travaillé sur des projets de production, essayé de rester productive.” Ce n’est pas la première fois que la petite amie de Chris Martin se confie sur ses problèmes de santé mentale, qui la suivent depuis son adolescence.

Dans l’édition américaine du magazine Marie-Claire de cet été, elle a notamment affirmé : “Je lutte contre la dépression depuis que je suis jeune, depuis mes 15 ou 14 ans. C’est alors que, avec l’aide de professionnels, je me suis dit ‘Oh, c’est quelque chose dans lequel je peux tomber’. Mais j’ai appris à trouver ça beau parce que je ressens le monde. J’imagine que j’ai beaucoup de complexités, mais elles n’émanent pas de moi. Je n’en fais un problème pour personne.”

Source: Lire L’Article Complet