Covid-19 : le vaccin Pfizer, moins efficace face au variant Delta que le Moderna

Alors que le variant Delta est à l’origine de la majorité des contaminations en France et dans le monde, une prépublication publiée le 9 août dans la revue MedRxiv suggère que le vaccin Pfizer serait moins efficace que celui de Moderna contre la transmission dudit variant.

Une couverture vaccinale modifiée par le variant Delta

Une étude américaine menée par des chercheurs de la Clinic Mayo et par la société d’analyse de données Nference suggère une réelle différence d’efficacité entre les deux vaccins à ARN messager – Pfizer et Moderna – dans la transmission du variant Delta.

En effet, selon l’étude menée sur près de 50 000 personnes – 25 000 vaccinées et 25 000 non vaccinées – le vaccin Moderna serait efficace à 76% contre l’infection, alors que le vaccin Pfizer serait efficace à seulement 42%.

“Sur la base des données dont nous disposons jusqu’à présent, il s’agit d’une combinaison des deux facteurs. Le vaccin Moderna est probablement – très probablement – plus efficace que le vaccin Pfizer dans les régions où Delta est la souche dominante, et le vaccin Pfizer semble avoir une durabilité d’efficacité plus faible”, explique un des auteurs de cette étude, Venky Soundararajan, au média Axios.

Point important : le vaccin Pfizer reste tout de même efficace à 75% contre les hospitalisations.

Des résultats à confirmer

S’agissant d’une prépublication – les données doivent être confirmées par d’autres scientifiques – cette étude ne doit pas alarmer.

Pour le virologue Olivier Schwartz, interviewé par Le Monde, ces résultats sont cohérents : “On sait que la quantité d’anticorps neutralisants a tendance à diminuer dans les mois qui suivent la vaccination. Or, notre équipe a montré [dans des travaux publiés le 8 juillet dans la revue Nature], comme d’autres équipes, qu’il faut environ quatre fois plus d’anticorps pour neutraliser le Delta qu’il n’en faut pour neutraliser l’Alpha”, explique-t-il.

Il existe aussi probablement un biais dans cette étude comme l’explique l’épidémiologiste Mircea Sofonea au Monde: “dans le groupe des non-vaccinés, il ne peut être exclu que certains aient été préalablement en contact avec le virus et aient ainsi développé une immunité.”

Les laboratoires Pfizer et BioNTech se disent prêts à développer un vaccin plus efficace contre les variants en 100 jours si cela devenait nécessaire, rapporte Axios

  • Covid-19 : ces fausses informations qui circulent autour de la vaccination
  • Covid-19 : non, la vaccination n’empêche pas d’être contaminé

Source: Lire L’Article Complet