Covid-19 : la France bénéficie de "conditions favorables pour l’été", estime l’Institut Pasteur

La Covid-19 va-t-elle nous laisser un peu de répit durant la période estivale ? C’est une possibilité, estime l’Institut Pasteur dans de nouveaux “scénarios pour la levée des mesures” publiés samedi 22 mai. “L’accélération de la décrue de l’épidémie et de la vaccination observée ces dernières semaines nous place dans des conditions favorables pour l’été”, écrit la fondation.

Des conditions à respecter pour éviter un rebond

Toutefois, deux conditions devront être respectées pour éviter un risque de rebond épidémique en juillet-août : que la décrue actuelle des infections et hospitalisations soit maintenue pendant encore quelques semaines et que le rythme actuel de vaccination soit maintenu ou augmenté.

L’Institut Pasteur pense que “sous ces conditions, un niveau bas d’infections au démarrage de l’été permettrait d’absorber une hausse possible des infections durant l’été ; le relâchement se ferait à un moment où une plus grande proportion de Français auraient été vaccinés.”

La vaccination, essentielle pour freiner l’épidémie 

En revanche, ces projections ne seraient plus si optimistes “si nous ne réussissons pas à atteindre ces objectifs, par exemple du fait de l’hésitation vaccinale ou du sentiment erroné que la vaccination n’est plus nécessaire car la situation épidémiologique s’améliore”, interpelle le fondation. 

Aussi, “si la décrue s’arrête suite à la deuxième étape du calendrier de réouverture le 19 mai et que les taux de transmission repartent à la hausse dès cette date, la situation épidémiologique durant l’été est plus incertaine. Dans ce scénario, un rebond épidémique cet été ne pourrait être exclu.”

Une reprise à l’automne est également à redouter malgré une possible décrue en été. “Pour limiter ce risque, il est important de maintenir l’effort de vaccination cet été et s’assurer qu’on atteigne un niveau de couverture vaccinale élevé à la rentrée”, précise l’Institut Pasteur. 

“On nous a souvent reproché d’être trop pessimistes, voire alarmistes. On avait projeté une deuxième vague qui a bien eu lieu, une troisième vague avec le variant britannique qui a bien eu lieu… Cette fois, ce sont des projections optimistes”, a de son côté déclaré Arnaud Fontanet, épidémiologiste à l’Institut Pasteur et membre du Conseil scientifique, ce mardi 25 mai sur Europe 1

Selon lui, “ce que les nouvelles projections nous apprennent, c’est que nous devons tenir encore trois semaines.” Hors de question de relâcher les efforts donc, surtout en ce qui concerne les gestes barrières. “Il est trop tôt pour tomber le masque, même pour les personnes vaccinées car cela encouragerait les autres de faire de même”, a-t-il prévenu. 

  • Covid-19 : peut-on se contaminer en terrasse ?
  • Covid-19 : la fin du port du masque en extérieur serait pour “bientôt”, espère Olivier Véran

Source: Lire L’Article Complet