Connaissez-vous votre type d'intestin ?

Il en existerait cinq différents et il serait utile d’identifier le sien pour améliorer ses habitudes alimentaires et limiter les maux de ventre et autres désagréments, d’après une spécialiste en nutrition américaine. Explications.

Le bien-être intestinal, ça se joue surtout dans l’assiette. Mais pour consommer les bons aliments (et éviter ceux qui nous sont néfastes) – et identifier  les facteurs de style de vie qui aident à nous sentir mieux – il faut bien se connaître. En effet, d’après Dr Lauryn Lax, médecin américaine spécialiste en nutrition, nous ne serions pas égaux en matière intestinale : « il n’y a pas d’approche universelle en matière de régime alimentaire ». L’experte, interrogée par le site MBG Food, propose une thérapie nutritionnelle dont l’objectif est d’adapter le contenu de son assiette selon son type d’intestin. Et d’après elle, il y en aurait pas moins de 5 ! Découvrez-les.

L’intestin digestif

Les personnes qui possèdent ce type d’intestin rencontrent des symptômes intestinaux « classiques », comme la constipation, les ballonnements, les nausées…

Les bons réflexes : essayez les aliments fermentés ou dirigez-vous vers un régime paléolithique (vous savez, celui de nos ancêtres !). Au menu : des fruits et légumes, des fruits à coque, de la viande maigre, du poisson et des œufs. En complément, l’experte recommande la pratique de yoga et de techniques de respirations profondes.

L’intestin immunitaire

On sait que notre flore intestinale est le siège de l’immunité. Vous êtes concernée si vous souffrez d’intolérances alimentaires, d’allergies, ou encore de rhumes ou de sinusites récurrents.

Les bons réflexes : l’experte conseille de se tourner également vers un régime paléo (sans œufs) et de veiller particulièrement à la qualité de son sommeil.

L’intestin hormonal

Galerie: 5 aliments pour une prostate en bonne santé (Gentside)

Il concerne les femmes qui ont des cycles irréguliers ou encore une maladie thyroïdienne, qui entraîne parfois des déséquilibres métaboliques comme une prise de poids.

Les bons réflexes : le régime paléo a encore la préférence de la médecin, en permettant de consommer des aliments à faible teneur en glucides et graisses notamment. Du côté de l’hygiène de vie, des solutions pour lutter contre le stress – qui aggravent souvent les symptômes – doivent être trouver : relaxation, yoga, etc.

L’intestin cérébral

Il concerne ceux qui ont des problèmes de troubles de l’alimentation, d’anxiété, de maux de tête…

Les bons réflexes : pour eux, l’experte recommande de se tourner vers un régime de type paléo ou Fodmap, dont le but est de contrôler son apport en glucides dits fermentescibles, à l’origine de troubles digestifs (ballonnements, problème de transit…). La médecin préconise aussi de boire beaucoup d’eau filtrée. Et pourquoi pas s’orienter vers une supplémentation en probiotiques. Parlez-en à votre médecin.

L’intestin toxique

“La personne atteinte de ce type d’intestin a généralement des antécédents d’auto-immunité ou d’un déclencheur immunitaire comme une infection intestinale, une exposition aux moisissures ou la maladie de Lyme, explique la Dr Lax. Il ne concerne donc pas la majorité.

Les bons réflexes : comme pour les « intestins immunitaires », optez pour une diète paléo, sans œuf, et ajoutez-y du jus de céleri. Pour se soigner, l’experte ajoute l’intérêt de pratiquer des respirations profondes, des séances de sauna ou d’installer un purificateur d’air.

A lire aussi :

⋙ 6 choses à savoir sur le syndrome de l’intestin irritable

⋙ Les secrets de l’assiette vitalité après 50 ans

⋙ Le régime paléo est-il adapté aux seniors ?

Source: Lire L’Article Complet