Comment débusquer les sources cachées de fatigue ?

Pour en finir avec la fatigue, il faut comprendre son origine. « Notre façon de vivre conditionne notre état de fatigue. Les mauvaises nuits empêchent une bonne récupération et impliquent de l’épuisement durant la journée, avec des conséquences sur le sommeil », résume Léonard Anthony, praticien en hypnose et spécialiste de la fatigue, auteur de Goodbye Fatigue ! (Éd. Overjoy).

C’est un cercle vicieux. « En effet, le stress massif, chaque évènement difficile de la journée, ont un impact sur notre forme. Cet ensemble de causes crée une sorte de spirale de fatigue », poursuit Léonard Anthony. Il faut donc agir sur une multitude de facteurs, en s’octroyant des temps de repos qui permettront de ne pas arriver épuisée au lit.

Décryptage des erreurs lifestyle qui causent nos baisses de régime.

Distinguer fatigue physique et fatigue morale

« Il faut distinguer la fatigue morale de la fatigue physique », alerte Benjamin Lubszynski, auteur de Maîtrise les superpouvoirs de l’hypnose ! (Éd. Albin Michel) et créateur de sa chaîne YouTube. « La fatigue physique se fait ressentir lorsqu’on a une activité importante. Plus on en fait, plus on se fatigue. En revanche, la fatigue morale est présente même lorsqu’on a un faible niveau d’activité. Pire encore, moins on bouge, plus on est fatiguée. »

C’est parfois le cas pour certaines personnes en arrêt maladie ou au chômage. Il est donc essentiel d’être actif, car cela donne une bonne énergie mentale et la fatigue physique enclenche des nuits de sommeil réparatrices. Même si vous ne vous en sentez pas capable, forcez-vous à sortir, à bouger : aller chez le traiteur plutôt que de commander votre repas sur votre smartphone, promener votre chien plusieurs fois par jour, peuvent changer le cours de vos nuits et votre capacité à récupérer.

C’est prouvé, trente minutes de marche quotidienne suffisent pour avoir l’effet d’un léger antidépresseur. Si vous faites une activité sportive, évitez de la pratiquer trop tard, car cela risque d’impacter la qualité de votre sommeil. En effet, l’exercice fait grimper la température corporelle. Or, celle-ci a besoin de redescendre pour s’assoupir. Et puis, le sport stimule l’adrénaline et agit comme un véritable excitant. À éviter sérieusement moins de deux heures avant le coucher.

  • Il existe un moment idéal dans la journée pour faire sa séance de sport
  • Les sept types de repos pour venir à bout de votre fatigue

Une alimentation trop nourrissante fatigue le métabolisme

Si vous êtes sujette aux somnolences dans les deux heures qui suivent le repas, c’est sans doute que vous avez fait des excès. C’est ce qu’on appelle la fatigue post-prandiale.

« Un repas trop gras, trop calorique demande beaucoup d’efforts au moment de la digestion qui mobilise alors une grande partie de l’énergie du corps », souligne Lamia Zinaï, microbiologiste, diététicienne et micronutritionniste.

C’est pour cette raison que nous avons souvent des coups de barre au moment des fêtes de fin d’année. D’où l’importance de privilégier la frugalité et de respecter la satiété.

Au cours d’un repas, équilibrez vos assiettes avec un tiers de protéines, un tiers de légumes et un tiers de céréales ou féculents, et surtout, arrêtez-vous quand vous n’avez plus faim… Et préférez toujours le plaisir à la quantité afin de prévenir toute frustration.

Un trop plein de sucre peut épuiser le corps

Les sucres rapides (à index glycémique élevé) entraînent un pic de glycémie immédiat. Le pancréas sécrète alors de l’insuline, ce qui engendre une hypoglycémie, donc un gros coup de pompe.

« C’est pour cette raison qu’il faut modérer les apports en sucre », explique Lamia Zinaï. Sa recommandation ? Évitez les bonbons, les gâteaux et les aliments transformés qui en contiennent, comme les plats préparés ou les sauces. Même les fruits, sous leur apparence hyper saine, peuvent s’avérer redoutables : « Choisissez-les de saison, plus riches en nutriments, et n’en consommez pas plus de deux ou trois par jour », conseille l’experte.

Surtout, mangez-les entiers et mastiquez-les bien. Comme le souligne l’Australien Damon Gameau dans son documentaire Sugarland (En DVD (L’Atelier d’Images)), si vous mettez quatre pommes dans une centrifugeuse, vous obtenez dans un seul verre l’équivalent de seize cuillérées de sucre, sans pour autant bénéficier du sentiment de satiété. Alors que si vous mangez une pomme brute, vous réduisez l’apport en sucre tout en étant rassasiée…

Pour éviter le yo-yo glucidique qui consiste à faire monter et descendre votre glycémie (et à vous épuiser littéralement), supprimez le sucre à jeun et associez-le autant que possible avec des fibres et des protéines.

Un manque de nutriments cause des baisses de régime

Zapper certains nutriments de votre alimentation peut avoir des conséquences sur votre organisme.

Misez sur des assiettes très colorées (c’est ce qu’on appelle la rainbow diet), avec des fruits et légumes crus et cuits, des céréales, des légumineuses. Consommez des aliments riches en oméga 3 (petits poissons gras, algues, huile de lin…), car le corps ne peut pas les fabriquer. « Surtout, ne privilégiez pas une famille d’aliments au détriment d’une autre », poursuit-elle. Si vous avez l’habitude de faire l’impasse sur les féculents, par exemple, pas étonnant que vous soyez fatiguée, car le manque de glucides ralentit le métabolisme. Sans compter que cela a aussi tendance à engendrer des problèmes de compulsions alimentaires.

Source: Lire L’Article Complet