Cappellini, joyau du design italien
  • Le flair de Guilio Cappellini
  • Cappellini, les eightees et le Made in Italy
  • Cappellini aujourd’hui

Dans la saga du design italien, Cappellini fait figure de grand acteur visionnaire, comme le pays de la Botte semble en avoir le secret de production depuis l’après-guerre. L’histoire de la famille Cappellini débute en 1946 lorsque Enrico Cappellini devient fabricant de meubles en bois à Carugo en Lombardie. Deux décennies plus tard, alors que le design italien connaît son heure de gloire, son fils Giulio Cappellini reprend les rênes de l’atelier. La fougue de la jeunesse n’étant pas un mythe, le jeune homme empreinte les codes de son époque pour faire évoluer l’entreprise familiale…

Le flair de Guilio Cappellini

Giulio Cappellini est né en 1954. Il fait ses classes dans le domaine de l’architecture aux côtés du maître Achille Castiglioni. Fort de ce savoir théorique et pratique, il décide d’entrer dans le monde du design. Il y acquiert une certaine renommée, mais c’est en tant que mentor à la tête de Cappellini qu’il deviendra une véritable icône du design. En quête de nouvelles formes, matériaux et de sang neuf lorsqu’il reprend en main l’entreprise de son père, il affirme son envie de contribuer à la richesse pléthorique du design italien et d’apporter lui aussi à l’histoire du design mondial quelques pièces majeures. 

Fauteuil de Shiro Kuramata à l’expo Crazy 80’S CAPPELLINI x MADE IN DESIGN

Doté d’un sens inné pour repérer les créateurs d’avant-garde, Giulio Cappellini ancre l’entreprise familiale dans l’ère d’un design mondialisé, curieux et inventif. Avec lui, l’entreprise artisanale et familiale devient une marque d’ameublement haut de gamme connue au-delà des frontières italiennes. La transformation débute à l’aube des années 80, il lance Sistemi : une nouvelle manière de concevoir des armoires, alliant fonction et esthétique, mais surtout offrant un large choix de personnalisation. Une première pour l’entreprise. Quelques années plus tard, il collabore avec le japonais Shiro Kuramata. Pour Cappellini, le designer qui a révolutionné le design d’après-guerre signe la collection Progetti Compiuti, des meubles de rangements aux courbes inédites comme échappés d’Alice au Pays des Merveilles tellement ils semblent sortis d’un rêve étrange. Cette création annonce l’esthétique des suivantes : excentriques, dynamiques, colorées, en un mot : débarrassées des carcans.

Cappellini, les eightees et le Made in Italy

Effrontées, les eightees n’ont guère froid aux yeux, Giulio Cappellini non plus. Le mentor va alors incarner l’excellence du Made in Italy dans un monde mondialisé et mettre sur le devant de la scène des jeunes talents qui deviendront les décennies suivantes les nouveaux maîtres du design. Le jeune Jasper Morrison expose le prototype de sa Thinking Man’s Chair, à Londres. Giulio Cappellini décide de l’inclure dans le catalogue Cappellini. En acier et incurvé, ce fauteuil aux airs de sculpture aérienne deviendra une pièce maîtresse de la maison et le point d’origine d’une longue collaboration. D’autres assises aux courbes futuristes feront leur entrée dans la maison sous la houlette de (futurs) designers de renom, pour ne citer qu’eux : le fauteuil Embryo Chair de Marc Newson, le Knotted Chair de Marcel Wanders, une chaise ultralégère, en combinant des fibres de carbone et d’aramide.  

Nombre de ces créations aussi innovantes dans leurs formes libres que dans leurs matériaux employés finiront par gagner, non seulement les intérieurs, mais les allées des plus prestigieux musées du monde entier. C’est notamment le cas – entre autres – de la longiligne et élancée S-Chair de l’anglais Tom Dixon, best-sellers de la marque italienne qui a finit par faire son entrée dans les collections permanentes de divers musées, comme le Musée d’art moderne MOMA à New York et Musée d’art national Victoria&Albert Museum de Londres.

Marque référence dans l’univers du design, Cappellini n’a eu de cesse de créer un catalogue qui chahute les modes et le soi-disant bon goût. Une ligne directrice bénéfique qui renoue sur ce point précis avec l’apogée du design italien et sa revendication souvent oubliée de l’inventivité dominante sur le style. En rassemblant au sein d’une même marque, des designers aux nationalités et sensibilités différentes, Giulio Cappellini n’a pas établit un « style Cappellini’’ mais plutôt une manière d’expérimenter les formes et les matériaux, pour au final injecter cette originalité ingénieuse dans les intérieurs.

Cappellini aujourd’hui

Forte du succès de ses poulains, l’entreprise Cappellini a été rachetée en 2004 par le grand groupe Poltrona Frau. Le géant possède déjà dans son catalogue les sociétés Poltrona Frau et Cassina. Avec Cappellini, le groupe est devenu un poids lourd international du design. Giulio Cappellini continue de s’occuper de la direction artistique de la société familiale. On ne change pas une recette gagnante. Dix ans après ce rachat, c’est l’Américain Haworth, spécialisé dans la fabrication de meubles de bureau, qui rachète Poltrona Frau et donc Cappellini.

Pour le printemps 2022, l’espace Made In Design du Printemps Haussmann revient sur ce parcours joyeux et coloré avec la rétrospective Crazy 80’s. Un hommage vibrant à cette période mémorable pour Cappellini, et plus largement pour le design italien. Décennie glorieuse et transitoire où le design made in Cappellini est devenu plus libre. Giulio Cappellini rappelant himself au passage à l’occasion de cette exposition que « la flamboyance et la folie créative des années 80 conservera à jamais un effet sans nul autre sur le développement du design dans le monde entier ».

  • Ces femmes designers à connaître absolument
  • Gubi réédite des meubles en rotin de Gabriella Crespi et c’est irrésistible

Source: Lire L’Article Complet