Boule dans le sein : quand faut-il s’inquiéter ?

Vous avez une boule au sein ? Pas de panique : le plus souvent, le nodule mammaire est bénin. Deux gynécologues répondent à nos questions.

Restez informée

Boule dans le sein : le kyste mammaire, une grosseur bénigne

Première chose à savoir : dans la majorité des cas, la ” boule au sein ” (en langage médical, on parle plutôt de ” nodule mammaire “) est bénigne.

Avoir un nodule au sein génère souvent de l’anxiété : lorsque les patientes palpent cette petite masse arrondie ou oblongue, elles pensent immédiatement au cancer du sein. Pourtant, il existe bien d’autres diagnostics possibles ! ” remarque le Dr. Monelle Leclercq, gynécologue médicale.

Parmi ces diagnostics ” rassurants “, il y a le kyste au sein ou kyste mammaire : plus ou moins volumineuse, cette ” boule ” remplie de liquide peut être molle (ou pas), est plutôt mobile (comprendre : elle ” roule ” lorsqu’on la manipule, elle ne semble pas ” fixée ” aux tissus) et peut être douloureuse au toucher.

C’est la grosseur mammaire bénigne la plus fréquente chez la femme de 35 à 50 ans ” précise le Dr. Solveig Menu Hespel, gynécologue médicale. En effet : le kyste au sein (kyste mammaire) est plus rare après la ménopause, sauf en cas d’hormonothérapie de substitution.

À savoir. Le kyste au sein peut se modifier (grossir ou, au contraire, s’amenuiser) au cours du cycle menstruel. Il est possible d’avoir plusieurs kystes mammaires, de façon unilatérale (au niveau d’un seul sein) ou bilatérale (au niveau des deux seins).

Et aussi…Un kyste mammaire ne peut en aucun cas évoluer en lésion cancéreuse ” soulignent les spécialistes.

Kyste au sein (kyste mammaire) : quelle prise en charge ? Si le kyste au sein / kyste mammaire n’est pas douloureux ni volumineux, une ” simple ” surveillance sera mise en place par le médecin gynécologue. ” S’il est douloureux et volumineux, le médecin pourra prescrire des médicaments antalgiques et/ou anti-inflammatoires ; dans certains cas, une ponction du kyste sera indiquée ” développe le Dr. Monelle Leclercq.

Boule au sein : le fibroadénome, une tumeur non-cancéreuse

Le fibroadénome se définit comme une tumeur bénigne composée de tissu fibreux et de tissu glandulaire agglomérés dans le sein.

Au toucher, le fibroadénome est généralement assez ferme ; il peut y en avoir un ou plusieurs, de façon unilatérale (au niveau d’un seul sein) ou bilatérale (au niveau des deux seins), et il est à noter que ce nodule a tendance à ” rouler ” sous les doigts, c’est une petite masse mobile ” définit le Dr. Solveig Menu Hespel.

À savoir. Les fibroadénomes sont plus fréquents chez les femmes jeunes : ” C’est l’affection mammaire bénigne la plus courante chez les femmes de moins de 25 ans ” selon l’Institut National du Cancer. ” On peut observer des fibroadénomes chez des femmes de moins de 20 ans ” ajoutent les spécialistes.

Et aussi… Un fibroadénome ne peut pas évoluer en lésion cancéreuse. ” Le fibroadénome est rarement associé au cancer du sein ” précise l’Institut National du Cancer.

Fibroadénome : quelle prise en charge ? Si le fibroadénome n’est pas douloureux ni volumineux, une ” simple ” surveillance sera mise en place par le médecin gynécologue. ” On peut procéder à l’exérèse d’un fibroadénome si celui-ci augmente de volume et/ou devient douloureux ” notent les gynécologues.

Boule au sein : quand pense-t-on à un cancer du sein ?

Attention ! Une boule au sein, peu importe ses caractéristiques (molle ou dure, mobile ou pas…) doit toujours faire l’objet d’un rendez-vous chez son médecin traitant ou gynécologue, de façon assez rapide ! ” recommandent le Dr. Monelle Leclercq et le Dr Solveig Menu Hespel.

La ” boule au sein ” qui peut faire penser à une tumeur maligne est plutôt dure au toucher, son contour peut être régulier ou (plus fréquemment) irrégulier, elle ne ” roule ” pas sous les doigts (elle semble ” fixée ” aux tissus), elle n’est pas douloureuse.

De plus, il peut y avoir des symptômes associés : des ganglions qui augmentent de volume sous l’aisselle, une modification du sein dans sa forme (une ” fossette ” par exemple), un écoulement au niveau du mamelon (plutôt unilatéral, éventuellement sanglant).

” Boule au sein ” : quels sont les examens complémentaires ? Dans un premier temps, le médecin gynécologue procédera à un interrogatoire de la patiente : depuis quand la grosseur est-elle présente ? Est-elle douloureuse ? Y a-t-il une modification de la forme du sein, de la texture de la peau ? La grosseur est-elle apparue brutalement ou de façon progressive ? La grosseur a-t-elle évolué ? Y a-t-il un écoulement mamelonnaire ?

Outre l’examen clinique (palpation), le médecin pourra prescrire une mammographie : ” la mammographie s’adresse aux femmes de plus de 30 ans : avant 30 ans, on privilégie l’échographie pour éviter les radiations et parce que la densité du sein n’est pas adaptée à la mammographie ” expliquent les gynécologues. Cette mammographie pourra éventuellement être complétée d’une biopsie.

Merci au Dr. Monelle Leclercq et au Dr Solveig Menu Hespel, gynécologues médicales et membres de la Fédération Nationale des Collèges de Gynécologie Médicale (FNCGM).

Source : Institut National du Cancer

Source: Lire L’Article Complet