Bitcoin : La police se fait voler 45 000 dollars par les criminels qu'elle ciblait

La police néo-zélandaise a eu la mauvaise surprise de voir ses 45 000 dollars en Bitcoins, utilisés pendant une opération, être dérobés. Les voleurs n’ont toujours pas été retrouvés !

Il arrive parfois que des Bitcoins se fassent dérober, que les clients d’une société soient lésés par un dirigeant malhonnête… Mais lorsque l’affaire concerne la police et le raté d’une opération policière en ligne, les exemples sont de suite moins nombreux. Des policiers néo-zélandais se sont fait tromper par les criminels qu’ils ciblaient pendant une enquête en ligne portant sur blanchiment d’argent. Et c’est pendant cette affaire que 45 000 dollars en Bitcoins ont été dérobés, donnant lieu à deux autres enquêtes. La première, interne, montre des lacunes dans les procédures ayant empêché la bonne protection de cette somme. La seconde concerne le vol de cet argent mais n’a pas permis d’identifier les auteurs du larcin. La cryptomonnaie est toujours disparue.

Des hackers toujours dans la nature

Les 45 000 dollars ont été dérobés dans un portefeuille Bitcoin mis en place par la police. La somme est tellement importante que le commissaire Andrew Coster a prévenu le ministre de la police en Nouvelle-Zélande, Poto Williams. Stuart Mills, inspecteur-détective chargé des opérations d’interception et de technologie, explique que « la police s’engage à tirer des leçons de cet incident et mettre en place des procédures renforcées afin que cela ne se reproduise plus ». Ce n’est qu’à la fin 2020 que les autorités ont constaté la disparition des 45 000 dollars. Toujours selon Stuart Mills, les coupables sont « probablement basés à l’étranger » et pense qu’il s’agit « d’une fraude plus large visant plusieurs portefeuilles ». Cette somme devait servir à un « achat contrôlé » : une opération pendant laquelle la police tente d’acheter des biens et services illégaux.

Christiaan Barnard, responsable de l’unité de renseignement financier de la police, a dirigé la seconde enquête chargée « d’examiner les actions et les décisions prises par les policiers » ayant entraîné ce vol. L’opération avait été approuvée conformément aux procédures des autorités néo-zélandaises et le personnel n’a pas été mis en cause. L’examen final valide les recommandations pour améliorer la sécurité de la police. Une nouvelle politique pour ces opérations est en train d’être rédigée et attend validation.

Source: Lire L’Article Complet