Aurélie Konaté : cette raison qui la pousserait à décliner la Star Ac’ aujourd’hui

L’ex-star académicienne intègre le casting du feuilleton de France 3, du lundi au vendredi à 20h20, après ses passages dans Camping Paradis et Demain nous appartient. Révélations en exclusivité.

Pouvez-vous nous présenter votre personnage…

Aurélie Konaté : Elle s’appelle Carmen. C’est la maman de Fanny (Prudence Leroy, ndlr) ! Elle l’a eue très jeune et elle est un peu trop protectrice. C’est une femme forte qui vit avec Christophe (Laurent Mouton, ndlr), le beau-père de sa fille. Il l’a quasiment adoptée car son père biologique est vite parti. Carmen a également recueilli cinq garçons, qu’on ne verra pas à l’écran. Elle mène sa famille à la baguette et a une forte influence sur sa fille.

Quels sont leurs rapports ?

Elles sont extrêmement proches. Le fait que Fanny ait disparu est terrible pour elle car c’est la prunelle de ses yeux… Mais on va se demander si Carmen a bon fond ou non. On va découvrir beaucoup de choses sur leur passé. Il va y avoir de nombreuses suspicions.

Que pensez-vous de ceux qui critiquent les feuilletons ?

Je pense qu’ils ne regardent pas. Je crois que beaucoup de gens les suivent mais n’osent peut-être pas le dire. Il y aura toujours des remarques. C’est bien parce qu’il y a toujours des choses à améliorer, et d’autres qui sont très réussies. Tout est bon à prendre tant que ce n’est pas gratuit.

Que gardez-vous de votre expérience dans Camping Paradis malgré votre renvoi ?

C’était trois ans magiques. Je ne l’ai pas caché, j’ai été très triste de partir… C’est le jeu des séries. Je considérais cette équipe comme une famille. Mais je ne ressens jamais d’amertume.

La Star Academy fête ses 20 ans cette année. Vous avez participé à la seconde édition. Le referiez-vous ?

Je le referais mais s’il n’y avait pas les réseaux sociaux et tout ce business derrière la télé-réalité. Nous étions innocents, spontanés. On avait vraiment envie de devenir artistes. Je participerais aussi pour retrouver mes camarades. Ce sont encore mes amis. Je les aime d’amour.

Source: Lire L’Article Complet