Audition : la bonne alimentation pour protéger les oreilles

Vitamines, oligoéléments et bon gras forment le trio gagnant pour préserver notre capital auditif.

Restez informée

De plus en plus d’études suggèrent que notre alimentation impacte directement les rouages de l’appareil auditif, qu’il s’agisse des pièces mécaniques de l’oreille interne (os, cochlée…), de l’influx nerveux ou du réseau d’irrigation sanguine auriculaire. Selon une étude américaine réalisée sur 3.000 femmes de plus de 50 ans, il serait même possible de retarder le vieillissement de l’ouïe en adoptant un régime de type méditerranéen, riche en fruits et légumes. Pour le Dr Jean-Michel Lecerf, chef du service nutrition à l’Institut Pasteur de Lille (Source : Observatoire-groupe Optic 2000), “certaines données semblent assez solides pour que l’on puisse proposer des conseils nutritionnels“. Par ailleurs, les facteurs de risque cardiovasculaires (obésité, hypertension, diabète…) altéreraient également l’audition, par le biais notamment de l’athérosclérose. A bon entendeur…

Du chocolat contre le stress sonore

Car c’est une source de magnésium, comme les bananes, céréales complètes, légumes secs… En luttant contre les radicaux libres produits en cas d’agression sonore, cet oligoélément protège les cellules ciliées, situées dans la cochlée, indispensables à la transmission du son vers le cerveau. Une étude (université du Michigan) réalisée sur 300 militaires soumis à des bruits répétitifs pendant deux mois a montré que ceux ayant reçu 167mg de magnésium par jour avaient subi moins de dommages auditifs que les soldats non supplémentés.

Du poisson pour une bonne audition

Selon une étude australienne (université de Sydney), la consommation de poisson deux fois par semaine est associée à une diminution de 42% de la déficience auditive chez des hommes et des femmes de plus de 50 ans, comparée aux personnes qui n’en mangent qu’une fois par semaine. Riches en oméga 3, les poissons gras essentiellement (saumon, hareng, sardine, maquereau…) permettent d’améliorer la micro-circulation de l’oreille interne, indispensable à une bonne écoute. De plus, ces bons acides gras ont un rôle anti-inflammatoire bénéfique aussi pour le système auditif.

Des fruits et légumes pour protéger la cochlée

Nombre d’études suggèrent que des apports élevés en vitamines permettent de bien entendre. En résumé : les vitamines A (beurre, œufs) et E (huile d’olive, noix…) préservent la cochlée, cet organe en forme d’escargot d’où part le nerf auditif responsable de la transmission des messages au cerveau. De son côté, la vitamine C (fruits, légumes), en diminuant la fréquence des infections ORL, réduit le risque auditif. Quant à la vitamine D, les osselets de l’oreille moyenne, comme tous nos os, en ont besoin pour absorber le calcium, indispensable à leur solidité.

Zinc et vitamine B contre les acouphènes

Et si ces bourdonnements parasites trouvaient une origine dans ce que nous mangeons… ou pas ? Plusieurs déficits sont évoqués. Les chercheurs s’intéressent, entre autres, à la vitamine B1 (abats, aliments céréaliers complets, levure de bière, germe de blé) qui participe à la transmission du message nerveux, à la vitamine B12 (œufs, lait, foie, poisson) dont le manque peut favoriser l’anxiété et la survenue des acouphènes, et au zinc (fruits de mer), une des clés de l’immunité.

Rens. sur Traiter-acouphenes.fr

Le surpoids, facteur de risque ?

Plusieurs études font le lien entre obésité et perte auditive. En testant l’ouie de 1.500 jeunes de 12 à 19 ans, des chercheurs de l’université de Columbia, à New York, ont observé que les ados en surpoids étaient plus souvent sujets à des troubles auditifs. Cette déficience est-elle due à une mauvaise irrigation sanguine de l’oreille interne, le surpoids étant associé à un risque accru de dommages vasculaires ? Les lésions sont-elles provoquées par les substances pro-inflammatoires libérées par le tissu graisseux ? Les experts formulent différentes hypothèses qui restent à confirmer.

Limitez le sel

Sa forte consommation est délétère aussi pour la santé de nos oreilles ! Car cela favorise l’hypertension artérielle qui serait impliquée dans l’altération de la micro-circulation sanguine de l’oreille interne, d’où des sifflements, une baisse auditive. . .

A lire aussi :

⋙ Audition : 7 choses à savoir pour prendre soin de ses oreilles

⋙ Troubles auditifs : 11 conseils pour prévenir les acouphènes

⋙ Tester son audition en ligne, c’est possible

Source: Lire L’Article Complet