Alerte invention géniale : le Dripstick, l’éponge à sperme post sexe qui lève le tabou

C’est un objet qui peut sembler anodin mais qui cumule les bons avis des clients qui l’ont testé : le Dripstick, une petite “éponge à sperme” créée par la start-up américaine Awkward Essentials en 2019, est en train de faire des émules outre-Atlantique. 

L’objet en question, repéré par Neon, ressemble à un tampon muni d’un stick rigide et permettrait aux personnes munies d’un vagin d’absorber les sécrétions vaginales et le sperme après un rapport sexuel.

Une véritable révolution pour celles qui n’en peuvent plus de devoir trottiner les cuisses serrées jusqu’aux toilettes les plus proches pour évacuer un trop-plein de sécrétions après avoir fait l’amour. Une réalité trop souvent absente des représentations sexuelles.

Un objet inventé par une femme, pour les femmes

C’est sur Tiktok que l’objet a été mis en avant. Sur le compte de l’entreprise, une vidéo devenue virale – 14,2 millions de vues, 2 millions de likes et plus de 29 000 commentaires – présente son fonctionnement. 

Reply to @rolesdecanelasincanela founded by a founder… how innovative. it’s also called dripstick i forgot that part

“C’est une éponge à sperme sur un bâton”, débute la jeune femme, qui selon Vice US, est une employée de Awkward Essentials. “Après avoir fait l’amour, il suffit de l’insérer, de la faire tourner un peu si vous le souhaitez – c’est vous qui voyez – puis de la retirer”, continue-t-elle. “Sortez-le et il absorbe tout le sperme qui reste dans le canal vaginal”. 

Cette idée est née dans l’esprit d’une femme, Frances Tang, qui, lasse de “rouler telle une ninja de son lit”, puis de “marcher comme un pingouin jusqu’à la salle de bain” pour évacuer les sécrétions sexuelles post-coït, a inventé ce Dripstick. “C’est une éponge super douce de qualité médicale qui absorbe rapidement tous les excès de liquide à l’intérieur afin que vous puissiez continuer votre journée (ou votre nuit) !”, écrit-elle sur le site de la start-up. 

Allègement de la charge mentale sexuelle et fin des tabous post-sexe

Et les commentaires d’utilisateur·rice·s sont dithyrambiques. Notée 4,5 étoiles avec 925 commentaires, cette petite éponge semble répondre à un besoin, trop longtemps passé sous silence. “J’ai 44 ans, mon mari et moi sommes ensemble depuis 15 ans et nous avons toujours une vie sexuelle active”, écrit par exemple Betty S. qui ajoute que la course post-coït a toujours fait partie de sa vie. “C’est peut-être le meilleur produit d’hygiène personnelle que j’ai jamais acheté. Principalement parce que j’ai l’impression que c’est pour MOI. En tant que femme sexuellement active, j’aime que ce soit quelque chose que je n’ai plus à gérer. Merci Awkward Essentials ! Nous ne savions même pas que nous avions besoin de ça !”, poursuit-elle. 

Et Betty est loin d’être la seule. “Miraculeux” pour certains, “super utile” pour d’autres : le Dripstick semble avoir conquis son public. Pour cause, le produit permet un allègement de la charge mentale sexuelle mais surtout, sa seule existence permet de faire voler en éclats l’image lisse, romantique et finalement bien trop proprette de “after sex” proposée dans la pop-culture. Vous savez, les corps perlés de sueur, qui se serrent l’un contre l’autre… sans avoir à passer par la case “évacuation du sperme” ni par le fameux pipi d’après-sexe recommandé par ls médecins et gynécologues pour éviter les infections urinaires. 

Un “gadget” qui pourrait bien sauver quelques culottes

Évidemment, comme le rappelle Neon, le Dripstick reste un gadget “conçu pour créer le besoin”, qui peut tout à fait être remplacé par une douche ou l’utilisation d’une serviette, sans pour autant parer de la même manière aux écoulements tardifs. Est-ce que l’objet est indispensable ? Non. Est-ce que ça peut faciliter la vie ? Vraisemblablement oui. Notamment quand l’acte sexuel a lieu hors de chez soi, et que l’on n’a pas accès à une salle de bain à proximité. Autrement dit, le dripstick peut sauver votre culotte (sans pour autant remplacer entièrement la petite toilette).

Selon la gynécologue Dr. Sherry Ross, interrogée par Vice US, l’objet en question ne présenterait pas de risques pour la santé de part sa composition, à condition qu’on ne l’utilise pas de manière excessive.

Seuls bémols tout de même, certains utilisateur·rice·s confient des difficultés à l’introduction de l’éponge. Et son utilisation pourrait également laisser penser à ces personnes que le passage par la case toilettes post-sexe est optionnel alors qu’il n’en est rien. Dernier point important à soulever : cette petite éponge n’est pas un moyen de contraception et ne permet donc pas d’éviter les MST/IST. 

Source: Lire L’Article Complet