10 choses plutôt cools (si, si) qui se sont passées en 2020

Si 2020 a été pour beaucoup une année simplement catastrophique, elle aura néanmoins apporté quelques bonnes nouvelles laissant présager un avenir plus radieux (du moins l’espère-t-on !).

Bonne année !” a-t-on l’habitude de se dire quand arrive minuit le 31 décembre. Un souhait qui, rétrospectivement, a pris en 2020 une dimension ironique, à la limite du risible. Il faut dire que les 366 derniers jours ont constitué des challenges individuels et collectifs à bien des égards, du personnel soignant débordé qui a rapidement arrêté de compter ses heures de travail aux restaurateurs, directeurs de théâtre ou artistes qui ont peiné, et continue de peiner, à joindre les deux bouts. Pour autant, parmi les nombreux nuages bas et épais qui ont assombri cette année, quelques rayons de soleil ont su se frayer un chemin.

Une baisse d’émissions de Co2 au plus bas et des animaux heureux

Avec l’arrivée soudaine et dévastatrice de la Covid-19, c’est le monde entier qui a été mis en pause. Une pause délicate pour l’économie mais bénéfique pour l’environnement. Ainsi, l’année 2020 a vu la plus grosse baisse d’émissions de Co2 liées aux énergies fossiles depuis les années 40 et la seconde guerre mondiale, soit une diminution record de 1 551 millions de tonnes (- 8,8 %) par rapport à 2019. Une halte bénéfique également pour de nombreux animaux comme les baleines qui ont été moins chassées, les tortues marines qui ont pu pondre pour la première fois depuis des années plus de 60 millions d’œufs ou encore les coraux, implantés par des nageurs le long de la Grande Barrière de Corail.

Un fort élan de solidarité

S’il y a eu les applaudissements à 20h pour féliciter le personnel soignant de son travail, l’élan de solidarité engendré par le virus de Covid-19 ne s’est pas arrêté là. Ainsi au Royaume-Uni, ce sont près de 5000 médecins et infirmier.es qui ont interrompu leur retraire pour venir prêter main-forte à un corps soignant débordé par les événements. En France, des jeunes se sont organisés pour faire des courses et les livrer à leurs aînés dans l’incapacité de se déplacer, des élèves ont écrit des lettres aux personnes âgées isolées à cause des contraintes sanitaires et les dons aux associations ont augmenté de 22 % au cours du premier semestre.

L’élection de Jo Biden et de Kamala Harris

Joe Biden et Kamala Harris, le duo démocrate qui pourrait tout changer ? Le départ des républicains à la tête des États-Unis a provoqué un soulagement général, non seulement pour le pays qui a été malmené pendant quatre ans, mais également au niveau mondial qui vivait ces dernières années un élan populiste particulièrement inquiétant. Pour autant, les défis seront nombreux pour Biden et Harris qui devront notamment tenter de réconcilier un pays qui n’a d’uni que le nom entre manifestants luttant pour les égalités raciales ou de sexe, farouches opposants à l’avortement et porteurs d’armes exécutant avec zèle le second amendement de la constitution.

L’importance grandissante du mouvement #MeToo

En octobre 2017, éclatait aux USA, ce qui est désormais connue comme “l’affaire Weinstein”. Une affaire qui a été le point de départ d’une tendance bien plus globale : le mouvement #MeToo. Depuis, les actions dénonçant les comportements abusifs des hommes – et la passivité des entités en charge – se sont multipliées avec notamment, en 2020, la colère d’Adèle Haenel aux César après la victoire de Roman Polanski, les dénonciations des victimes de sexisme dans le milieu de la musique, d’agressions sexuelles dans le sport et les nombreuses manifestations, les Women’s March, en faveur de l’égalité hommes-femmes. Harvey Weinstein, lui, a été condamné à 23 ans d’emprisonnement pour viols et agressions sexuelles.

Guérison d’un second patient atteint du VIH

En mars dernier, la revue médicale The Lancet annonçait qu’un second malade atteint du VIH était guéri. Après avoir reçu une greffe de cellules souches, ce patient basé à Londres n’a plus montré de signes du virus, qui touche près de 40 millions de personnes dans le monde, depuis plus de deux ans. Une avancée médicale qui apporte beaucoup d’espoirs quant à l’éradication – encore lointaine – de la maladie mais qui ne doit surtout pas être assimilée à un remède “efficace” qui autoriserait les relations sexuelles non-protégées.

La reproduction des pandas

Cela faisait plus de dix ans que les soigneurs du zoo Ocean Park à Hong-Kong espéraient l’accouplement des pandas géants mâle Le Le et femelle Ying Ying, sans grand succès. Il aura fallu une pandémie et la fermeture des lieux publics pour que les deux animaux, moins sollicités par les nombreux visiteurs du parc, se retrouvent au calme et puissent se découvrir charnellement parlant. Une excellente nouvelle pour une espèce profondément menacée – il ne reste que 1800 pandas dans le monde – qui pourrait trouver là le moyen de se repeupler.

Des protections périodiques gratuites

Le 24 novembre, les députés écossais votaient une loi autorisant l’accès gratuit aux protections périodiques afin de lutter contre la précarité menstruelle. Une première mondiale pour un sujet encore trop souvent considéré comme secondaire et “gênant”, les règles étant un tabou très persistant. Dans les faits, cette gratuité passera par l’installation de distributeurs automatiques dans les collèges, lycées et universités ainsi que certains établissements publics. Qui des autres pays ? En France, Emmanuel Macron a promis une réponse “concrète” quant à la gratuité des protections hygiéniques dès le premier trimestre de 2021 sans indiquer dans quel sens penchait, d’ores et déjà la balance.

Le droit à l’avortement voté en Argentine

La alegría es nuestra. 131 votos afirmativos, 117 negativos, 6 abstenciones. En el Senado, ¡Será Ley!????????????????????#EsAhoraSenado #AbortoLegal2020 pic.twitter.com/z5uSHAKvUz

Vendredi 11 décembre, l’Argentine votait la légalisation de l’avortement jusqu’à la 14e semaine. Jusque-là, l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) n’était autorisée qu’en cas de viol ou de mise en danger de la santé de la mère. Le gouvernement estime qu’il y a près de 500 000 avortements clandestins pratiqués chaque année dans le pays, dans des conditions parfois précaires. Des conditions ayant entraîné la mort de 3000 femmes. Cette nouvelle loi a provoqué une liesse parmi les “foulards verts”, accessoire des militantes féministes argentines, qui attendaient cette loi depuis 2017.

La polio officiellement éradiquée en Afrique

Aucun cas signalé depuis 4 ans. C’est grâce à ce constat que l’Organisation Mondiale de la Santé a pu officiellement annoncé l’éradication de la poliomyélite sur le continent africain. “Un moment historique” pour la directrice Afrique de l’OMS qui a ajouté “qu’à partir de maintenant, les enfants qui naîtront sur ce continent n’auront pas à craindre d’être infectés par la polio“. Malgré la découverte d’un vaccin dans les années 50, le continent africain continuait de recenser des cas d’enfants touchés par ce virus pouvant entraîner la paralysie (plus de 70 000 en 1996). Une victoire d’autant plus savoureuse que le climat politique instable de certains pays comme le Nigeria par exemple, avait rendu l’accès au vaccin impossible pour plus de 400 000 enfants, isolés par des chefs religieux.

Le mariage entre personnes du même sexe adopté dans plusieurs pays

Malgré son lot de mauvaises nouvelles, 2020 a été le théâtre d’une vague d’avancées en faveur de la communauté LGBTQIA et notamment le mariage entre personnes du même sexe. Ainsi, en février l’Irlande du nord célébrait ses premières noces homosexuelles. En mai, ce fut le Costa Rica, premier pays d’Amérique latine, à légaliser l’union entre personnes du même sexe. En juillet, la Thaïlande en fait de même et, dans la foulée, autorise les couples gays à adopter. Des mariages désormais adoubés par le Pape François qui, à travers cette déclaration, “[Les personnes gays] sont des enfants de Dieu, elles ont droit à une famille. […] Ce que nous devons faire, c’est une loi d’union civile” a permis de moderniser la doctrine rigide de l’Église catholique.

Source: Lire L’Article Complet