Yannick Jadot « s’y voit déjà » : « les sondages peuvent lui monter un peu à la tête »

À peine est-il sorti victorieux de la primaire écologiste, que Yannick Jadot s’imagine déjà prendre résidence à l’Élysée. Un aplomb qui pourrait lui permettre d’atteindre son objectif, ou au contraire, causer sa perte.

La campagne est lancée ! Un mois après avoir triomphé lors de la primaire d’Europe Ecologie-Les Verts, Yannick Jadot se plonge dans la course à la présidentielle. Au pays de Retz, niché entre Pornic et l’océan Atlantique, « Jadot, le tout frais candidat, des écologistes à l’Élysée, sacrifie à la coutume des campagnes électorales : en jean et col roulé, avec aux pieds les inévitables Veja de tout écolo », a invité une dizaine de journalistes parisiens à se joindre à lui. Les meetings ? Trop peu pour lui. Yannick Jadot préfère l’air de la nature. Après quelques photos, il « enfile un casque orange et grimpe en haut d’une éolienne« , détaille Le Point, présent lors de ce bref voyage en Loire-Atlantique.

« Jadot est content de son coup. Il rassemble et tient à le montrer« , détaille Le Point. Si pour l’événement, le représentant d’Europe Ecologie-Les Verts s’est entouré de ses fidèles, à l’image de l’ex-député LREM, Matthieu Orphelin ou de l’ancienne députée Éva Sas, les journalistes distinguent également Marine Tondelier dans l’assemblée, une « non-alignée ». Dans le car qui ramène tout ce petit monde à Nantes, au terme d’une journée de campagne peu ordinaire, le candidat à la présidence se montre confiant : « On dira que Jadot s’y voit déjà. Évidemment les sondages, qui le placent parfois devant les autres candidats de gauche, de Montebourg à Mélenchon en passant par Hidalgo, peuvent lui monter un peu à la tête. »

Ses concurrents, prêts à se mesurer au candidat écolo

Si Yannick Jadot est un candidat sérieux, ses concurrents n’ont pas l’intention de lui rendre la tâche facile. Anne Hidalgo est d’ores et déjà montée au créneau pour exclure toutes possibilités d’un ralliement entre le parti socialiste et les écologistes, quand Emmanuel Macron, qui garde le mystère sur sa candidature, porte son attention sur Eric Zemmour, bien qu’il soit prêt à en découdre. Pour l’heure, si le candidat écologiste a remporté une bataille, rassemblant une bonne partie des militants EELV derrière lui, « on n’ira pas jusqu’à dire que tout le monde le soutient comme un seul homme, fût-il déconstruit ». À trop rêver de l’Élysée, la chute, s’il est vaincu lors des élections, pourrait être rude pour Yannick Jadot.

Crédits photos : Dominique Jacovides / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet