« Volontarisme d’opérette » : Xavier Bertrand lâche ses coups contre Emmanuel Macron

Devenu un sérieux adversaire pour Emmanuel Macron en vue de 2022, Xavier Bertrand continue de frapper fort sur le président. Dans un entretien au “Figaro”, il fustige la récente allocution du chef de l’Etat.

Sera-t-il la surprise de la présidentielle ? Sorti renforcé des régionales et toujours favori des sondages à droite, Xavier Bertrand incarne plus que jamais une menace pour Emmanuel Macron, sur qui il continue de taper à la moindre occasion. Après l’annonce du chef de l’Etat sur l’épineuse réforme des retraites, conditionnée à une “épidémie sous contrôle“, l’ex-ministre du Travail en a ainsi profité pour dénoncer un “volontarisme d’opérette. “Après nous avoir expliqué pourquoi la réforme des retraites était urgente, Emmanuel Macron a fixé deux conditions sur la situation sanitaire et la reprise pour être bien sûr de ne rien faire“, attaque-t-il dans un grand entretien au Figaro ce vendredi.

Décidé à muscler son discours, Xavier Bertrand s’est également montré incisif sur la sécurité, souvent jugé comme le point faible du président. Un sujet où il regrette l'”aveuglement désespérant” d’Emmanuel Macron. “Sur la sécurité, pas un mot ou presque. Chacun a compris que pour le rétablissement de l’autorité et de la sécurité, il faudra attendre le prochain président de la République“, assure le mari de Vanessa Williot.

Xavier Bertrand grimpe dans les sondages

Si ses rivaux à droite (Valérie Pécresse, Laurent Wauquiez…) ignorent les sondages et s’accrochent à l’idée d’organiser une primaire, à laquelle il refuse toujours de participer, Xavier Bertrand semble toujours plus proche de plier le match. Dans un nouveau sondage Ifop-LCI, il gagne encore des points : avec 18% au premier tour, l’écart se réduit avec Emmanuel Macron (24%) et Marine Le Pen (26%). Au second, face à la patronne du RN, il l’emporterait largement avec 61% des voix. Victoire également en cas de duel face au président, avec 52% contre 48%, alors que l’hypothèse avait donné le résultat inverse en mai dernier. Preuve que le chef de l’Etat peut s’inquiéter ?

Crédits photos : Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet