VIDÉO – Roselyne Bachelot règle ses comptes : “Les peine-à-jouir, j’en ai rien à cirer !”

De passage dans le Club de l’été sur Europe 1 ce mercredi 3 août, Roselyne Bachelot a pris la défense des Grosses Têtes de RTL. L’ancienne ministre de la Culture a notamment expliqué qu’elle n’en avait « rien à cirer » des « peine-à-jouir » qui lui reprochent son retour dans l’émission.

Roselyne Bachelot persiste et signe. L’ancienne ministre de la Culture reste fidèle à Laurent Ruquier et compte bien récupérer son fauteuil de sociétaire des Grosses Têtes sur RTL. Et ce même si ce choix ne fait pas l’unanimité comme lui a fait remarquer Thomas Isle lors de son passage sur l’antenne d’Europe 1 ce mercredi 3 août. « Qu’est-ce que vous répondez à ceux qui estiment que ce n’est pas la place d’une ancienne ministre d’aller rigoler à la radio l’après-midi ? », lui a demandé le présentateur du Club de l’été. « Je leur dis que, franchement, les pisse-vinaigres et les peine-à-jouir, j’en ai rien à cirer, hein« , a répondu Roselyne Bachelot sans hésiter.

« Je pense que je suis une citoyenne comme les autres. J’apporte ce qui est ma personnalité. Je ne suis plus ministre. Je fais des fonctions éditoriales dans un certain nombre de médias et franchement, Les Grosses Têtes’, c’est une émission formidable« , a-t-elle poursuivi. « Je suis désolée d’en parler sur Europe 1. C’est une vraie émission populaire. Et les snobs et les élitistes, vraiment, c’est pas mon propos« , a conclu l’ancienne ministre de la Culture. À la rentrée, Roselyne Bachelot ne sera pas seulement sur RTL. On devrait également la retrouver comme éditorialiste dans trois émissions sur BFM TV « qui vont démarrer dès le mois de septembre ». Elle a annoncé qu’elle serait notamment dans l’émission de Maxime Switek la semaine et dans celle de Jean-Baptiste Boursier le dimanche. Et puis un débat sans doute avec le journaliste Alain Duhamel, même si cela reste à confirmer.

> Découvrez en photos les membres de la galaxie de Roselyne Bachelot

« Très obéissante », mais…

Si Roselyne Bachelot se retrouve sur des chaînes privées, c’est notamment parce que la Haute Autorité de la transparence de la vie publique (HATVP) s’est opposée à ce qu’elle aille exercer sur une chaîne publique. « J’ai du mal à imaginer que le fait de tenir un éditorial de 8 minutes sur la musique classique peut être une interférence avec la gestion, à moins de guetter madame Sibyle Veil dans les couloirs de Radio France… », a-t-elle ironisé sur Europe 1, peu convaincue sur « l’influence » qu’elle pourrait avoir. « Comme c’est le fait d’un risque de conflits d’intérêts, j’ai du mal à imaginer ce qui va se passer quand François Braun, qui est le ministre de la Santé et médecin urgentiste, quand il va quitter le ministère de la Santé, va-t-on lui interdire d’exercer à l’hôpital public ?« , s’est interrogée celle qui se dit toutefois « très obéissante ». Même si elle n’en pense pas moins…

Article écrit en collaboration avec 6Medias

Crédits photos : Capture Europe 1

A propos de


  1. Roselyne Bachelot

Autour de

Source: Lire L’Article Complet