VIDÉO – “Pardon ?” : Faustine Bollaert gênée par des propos sexistes dans Ça commence aujourd’hui

Dans un numéro de Ça commence aujourd’hui diffusé ce vendredi 7 janvier, Faustine Bollaert a reçu des hommes et des femmes qui ont trouvé le moyen de pimenter leur vie de couple. En plateau, l’animatrice de France 2 a toutefois été gênée par la remarque sexiste de l’un d’entre eux.

Quand un petit recadrage s’impose… Ce vendredi 7 janvier, Faustine Bollaert était aux commandes d’un numéro de Ça commence aujourd’hui, qui s’intéressait à des couples ayant trouvé des astuces pour pimenter leur quotidien. L’animatrice de France 2 a notamment fait la connaissance de Patricia et Roberto, en couple depuis plus de 40 ans, qui sont parvenus à combattre la routine en s’essayant au libertinage. Avant de les interroger sur leurs pratiques, l’épouse de Maxime Chattam a voulu en savoir plus sur leur rencontre. « Et vous, vous avez flashé sur quoi chez Patricia ?« , a-t-elle demandé au sexagénaire. Ce dernier a alors formulé une réponse qui a surpris son interlocutrice : « Le pare-chocs« , a rétorqué Roberto, laissant l’animatrice pantoise.

« Pardon ?« , a-t-elle réagi, choquée des mots employés par son invité. « Bien… Donc vous avez aimé ses formes ? Je vais garder de la tenue pendant cette émission. Je vais traduire vos discours« , a suggéré la maman de Peter et Abbie, un brin gênée par les propos sexistes qu’elle venait d’entendre. Robert a alors tenté de se rattraper : « C’est très rock de parler comme ça. Mais contrairement à ce qu’on pourrait dire, c’est très respectueux pour les femmes« . « Euh pare-chocs ? Je ne suis pas sûre, Roberto« , a réagi l’animatrice de Ça commence aujourd’hui.

>> PHOTOS – Faustine Bollaert, découvrez son évolution beauté

Des propos qui ont créé le malaise

Si le mari de Patricia a tenté de se corriger, ses propos ont installé un froid sur le plateau de l’émission. « Il faut se remettre à l’époque. Attendez, on est en 1976 ! », a-t-il souligné. Pas suffisant pour convaincre Faustine Bollaert : « En 1976, c’était chic de dire qu’on flashe sur le pare-chocs d’une femme ? », s’est agacée l’animatrice de France 2. « Oui, à l’époque, ça passait très bien. C’était surtout par rapport aux belles Américaines. On pensait aux belles Américaines« , a expliqué Roberto, alors qu’un malaise s’installait en plateau… Une époque bel et bien révolue.

Crédits photos : Capture d’écran FRANCE 2

Autour de

Source: Lire L’Article Complet