VIDÉO – « Je vais te casser la figure le crabe » : Bernard Tapie déterminé à « tuer » son cancer

Dans le documentaire « Bernard Tapie, le combattant », diffusé ce mercredi 29 septembre sur C8, on peut découvrir un Bernard Tapie belliqueux, qui veut rendre coup pour coup à la maladie.

Inlassablement combatif, voire hargneux. Face à son cancer, Bernard Tapie continue de se battre, et quand ce n’est pas lui qui le dit, ce sont ses proches. Dans le documentaire « Bernard Tapie, le combattant« , diffusé ce mercredi 29 septembre sur C8, ils sont plusieurs à avoir témoigné de la résolution de l’homme d’affaires à laisser le moins de terrain possible à sa maladie. À commencer par un proche, récemment disparu, atteint lui aussi d’un cancer : l’emblématique supporter marseillais, René Malleville : « Souvent, sa fille Sophie met des nouvelles sur les réseaux sociaux. Et il faut voir les commentaires qu’il y a, c’est extraordinaire, il y en a des centaines et des centaines en faveur de Bernard Tapie. Je suis admiratif« , commence-t-il par s’extasier, du soutien affiché par de nombreuses personnes à l’ancien dirigeant de l’OM.

Avant de relater une confidence de son fils, preuve de l’attitude de battant de Tapie père : « Son fils, Stéphane Tapie, il me disait l’autre jour : ‘Mon père, son cancer, il lui a donné une figure. Et tous les matins, il se lève, il lui dit ‘Je vais te casser la tête, je vais te n****r le crabe !’« Anecdote confirmée par l’intéressée lui-même, dans un des échanges avec Laurent Delahousse qui ponctue le documentaire.

« Je le traite de tous les noms, mon cancer »

Le journaliste l’interroge alors sur sa volonté d’affronter la maladie : « On a compris que vous alliez vous battre, mais ce n’est pas le même adversaire que d’habitude, celui-là, il est en vous. » Ce que reconnaît Bernard Tapie, dans un sourire. « Oui. Et celui-là, il fait tout pour me faire du mal, et moi je fais tout pour le faire ch**r. » Et l’ancien ministre de la Ville de confirmer l’anecdote de René Malleville : « Et c’est un vrai combat, c’est un truc à mort. Moi je le traite de tous les noms mon cancer. Je me lève le matin, j’ai envie de lui péter la gueule. » La mâchoire de l’homme se serre, son poing s’agite : aucun doute sur la violence de ses sentiments vis-à-vis de cette maladie.

La pugnacité face à la maladie semble caractéristique de Bernard Tapie, tout comme son attitude belliqueuse : « C’est le genre de mec qui fait peur à son cancer, vous voyez« , analyse Franz-Olivier Giesbert, auteur d’une récente biographie de Bernard Tapie. « Tellement il est violent, tellement il veut le tuer. Mitterrand disait « Le cancer, c’est la guerre« , et lui, c’est pire que ça. Il ne fait pas seulement la guerre, il veut l’éradiquer quoi. » Analyse partagée par quelqu’un qui a déjà fait les frais du caractère volcanique de l’intéressé : Pascal Praud. Il résume : « Bernard Tapie, c’est un warrior. Bernard Tapie c’est un guerrier. » Qui ne comptera pas ses coups, et jettera ses forces dans la bataille, jusqu’au bout.

Crédits photos : Capture d’écran C8

Autour de

Source: Lire L’Article Complet