VIDÉO – Jane Birkin anéantie par le décès de sa fille : « j’ai été sauvée par Serge Gainsbourg »

Dans l’émission On est en direct, ce samedi 9 janvier, Jane Birkin est revenue sur le décès de sa fille Kate Barry et comment Serge Gainsbourg a été un soutien indirect pour dépasser cette épreuve de la vie.

A propos de

  1. Jane Birkin

  2. Kate Barry

  3. Charlotte Gainsbourg

Jane Birkin le remercie. Invitée sur le plateau de l’émission On est en direct, à l’occasion de la sortie de son nouvel album, elle a évoqué la mort de sa fille aînée, Kate Barry, en 2013, et le rôle prépondérant joué par Serge Gainsbourg pour surpasser ce décès. Kate Barry, qui s’est donnée la mort en décembre 2013 par défenestration à son domicile parisien, à l’âge de 46 ans, est très présente à travers ce dernier disque de la chanteuse,

Dans un premier temps, l’animateur de l’émission a commenté : “C’est étonnant de pouvoir chanter une disparition comme celle-là.” “C’était impossible de ne pas le faire”, lui a répondu Jane Birkin, mère de Charlotte Gainsbourg, avant d’apporter plus de précisions : “J’ai rien dit pendant 7 ans, j’ai rien écrit, j’ai arrêté mon journal intime le jour où elle est morte, parce que je trouvais que je n’avais plus rien à dire… C’était tellement sidérant que… J’ai été sauvée par Serge, parce que j’ai pu faire avec Michel Piccoli et Hervé Pierre les textes de Serge dans des théâtres français et jusqu’au Canada. Une journaliste que j’aime beaucoup a eu l’idée de faire une version symphonique. Ça m’a porté pendant deux-trois ans“.

Il aura fallu du temps, plusieurs années après la mort de Kate Barry, pour que Jane Birkin retrouve le chemin de l’écriture. “Un jour, j’étais à Lyon et je suis entrée dans une petite pharmacie et j’ai trouvé un nécessaire de toilette pour les ongles de pieds, un ravissant petit kit, et ça m’a procuré une telle émotion parce que Kate avait des pieds d’une merveille, d’une délicatesse, et elle en prenait soin. J’ai jamais connu quelqu’un qui prenait soin comme ça, de rien d’autre mais de ça oui. Ça m’a bouleversée. Je suis rentrée à l’hôtel et là Philippe Lerichomme, mon parolier, m’a vue passer et m’a dit d’écrire”, a-t-elle raconté. Deux chansons ont par la suite vu le jour : Cigarettes et Le cimetière.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : Capture d’écran France 2

Source: Lire L’Article Complet