VIDEO Axel Kahn atteint d’un cancer : son frère Jean-François Kahn donne de ses nouvelles dans C à vous

Invité sur le plateau de C à vous, Jean-François Kahn a donné des nouvelles de son frère Axel Kahn qui se bat contre le cancer à un stade très avancé.

Axel Kahn

Mardi 1er juin, Axel Kahn a officiellement quitté ses fonctions à la présidence de la Ligue contre le cancer, annonçait l’association. En effet, le médecin généticien souffre d’un cancer qui se serait aggravé. “La vie a une fin. Ne jamais commencer à vivre en dispense. Une vie riche et belle connaît une issue qui en fait partie, comme la ponctuation finale d’une belle histoire. Elle peut même en être l’enluminure signifiante. Un crépuscule flamboyant après tant d’aurores bleuissantes”, a écrit celui qui occupait ses fonctions depuis 2019 en tant que bénévole, dans un message posté sur son compte Twitter.

Invité sur le plateau de C à vous ce vendredi 4 juin sur France 5, son frère Jean-François Kahn, qui sort le premier tome de Mémoires d’outre-vies, a donné de ses nouvelles en lui rendant un vibrant hommage. “Je l’ai vu avant-hier, et la façon dont il aborde ce qu’il peut être depuis ces dernières semaines, la disparition… (…) C’est plus que du courage, c’est encore plus intéressant que tu courage”, a déclaré le journaliste de 82 ans à l’égard de son frère. Une chose est sûre : il compte bien profiter de chaque instant avec lui. Quand je suis allé le voir à l’hôpital il m’a demandé du camembert et du vin rouge. On a bu, on a mangé ensemble et on a rigolé, a-t-il exprimé avant de préciser : “En plus il lit mon bouquin, donc il retrouve des histoires que l’on a vécues ensemble. Et on en est arrivé à rigoler en se remémorant un certain nombre d’événements”.

“Je vais mourir”

Lundi 17 mai, Axel Kahn révélait sur les ondes de France Inter être atteint d’un cancer. Le vendredi 21 mai dernier, il avait publié une lettre très émouvante sur Facebook qui ressemblait à un “au revoir” à ses “amis”. “Je vais mourir, bientôt. Tout traitement à visée curative, ou même frénatrice, est désormais sans objet”, écrivait le scientifique. Et de poursuivre avec son habituelle sagesse : “En fait, je ne ressens aucune anxiété. Ni espoir – je ne fais toujours pas l’hypothèse du bon Dieu -, ni angoisse. Un certain soulagement plutôt”. Plus que du courage en effet…

Source: Lire L’Article Complet