VIDÉO – Aurélie Filippetti émue : ses mots forts sur un célèbre ex qu’elle accuse de violences

Le jeudi 22 septembre, Aurélie Filippetti était invitée de l’émission C ce soir, diffusée sur France 5. L’ancienne ministre de la Culture est revenue avec émotion sur sa plainte déposée contre son ex-compagnon Thomas Piketti pour des faits de violences entre conjoints, en 2009.

Un témoignage bouleversant… Alors que les affaires d’Adrien Quatennens et de Julien Bayou n’en finissent pas de faire des remous, ces dernières ont ravivé de douloureux souvenirs chez Aurélie Filippetti. Et pour cause. Alors qu’elle était en couple avec Thomas Piketty, l’ancienne ministre portait plainte contre lui pour des faits de violences entre conjoints, le 6 février 2009. Dès lors, le célèbre économiste et proche du Parti socialiste a eu « un rappel à la loi ». Invitée sur le plateau de l’émission C ce soir, diffusée le jeudi 22 septembre sur France 5, Aurélie Filippetti est revenue avec émotion sur cette affaire qui l’a profondément marquée : « J’avais parlé au sein du PS. À l’époque, c’était encore plus difficile qu’aujourd’hui, mais j’avais décidé de porter plainte et finalement il y avait une médiatisation que je ne souhaitais pas. », a-t-elle expliqué au présentateur Karim Rissouli. Et de poursuivre : « Il y a eu des fuites qui ont été organisées dans le Figaro qui visaient à instrumentaliser politiquement cette affaire. »

Pour faire face à ce déballage médiatique, Aurélie Filippetti a « choisi la médiatisation » en faisant appel à « un avocat qui et proche du Parti Socialiste ». Ce dernier a alors demandé « une reconnaissance écrite, signée des faits » ainsi que des excuses à Thomas Piketty. « Choses qu’il a faites. », a assuré l’ex-compagne d’Arnaud Montebourg. Par conséquent, Aurélie Filippetti faisait marche arrière et retirait sa plainte. Cependant, l’ancienne députée de Moselle a dû faire face à un nouveau revers. Thomas Piketty accusait publiquement son ex-compagne d’avoir été «violente vis-à-vis de ses filles », en novembre 2019. « Comme c’est souvent le cas, c’est le bourreau qui veut se faire passer pour une victime. Il a tenté d’inverser les choses publiquement dans un amphithéâtre ». Le 25 mai 2022, il a été condamné par la cour d’appel de Paris en diffamation contre Aurélie Filippetti.

“Je pense que j'ai été crue mais ils n'en n'avaient rien à faire au PS. Ce n'était pas grave, ce sont des choses domestiques, ce n'est pas de la grande politique selon ces messieurs.” @aurelifil, ancienne ministre

La suite :
➡️ https://t.co/KtYgK3Aw8d
🎧 en podcast pic.twitter.com/pzvvKGUv6Z

Aurélie Filippetti pointe du doigt l’attitude du PS : « Personne n’a semblé trouver ça grave »

Si les membres du parti de gauche sont nombreux à réagir aux affaires de violences conjugales qui ébranlent leurs rangs, ces derniers ont bien souvent fermé les yeux sur les faits énoncés par Aurélie Filippetti. Une attitude que regrette amèrement la mère de la petite Jeanne. « Puisque j’en avais parlé à des gens du Parti socialiste, tout le monde était au courant. Tout le monde est au courant depuis douze ans. Et finalement, personne n’a semblé trouver ça grave, quoi. », a-t-elle révélé.

Ce à quoi s’est empressé de lui demander Karim Rissouli : « Est-ce que vous avez ressenti la fameuse double peine, la peine de la violence physique et après de ne pas être crue ou écoutée ?« . « Bien à sûr. », a immédiatement répondu la femme politique de 49 ans. Et de préciser : « Je pense que j’ai été crue mais ils n’en avaient rien à faire. Que ce n’était pas grave ». Dès lors, l’enseignante à Sciences Po a eu le sentiment qu’« ils considéraient cela comme des choses privées, des choses domestiques ». Face à ce désintérêt, Aurélie Filippetti a fait « le choix de ne pas en parler. »

Crédits photos : Capture d’écran C ce soir – France 5

A propos de

  • Abonnez-vous à vos stars préférées et recevez leurs actus en avant première !


  • Aurélie Filippetti


  • Thomas Piketty

  • suivre plus de stars

Autour de

Source: Lire L’Article Complet