Valérie Pécresse, candidate à la présidentielle de 2022 : ses tacles à Emmanuel Macron et Marine Le Pen

Invitée au 20 Heures de TF1 jeudi 22 juillet 2021, Valérie Pécresse a expliqué les raisons qui l’ont encouragée à se porter candidate à l’élection présidentielle de 2022. Elle en a profité pour lyncher ses potentiels futurs adversaires, Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

  • Marine Le Pen
  • Emmanuel Macron

Valérie Pécresse n’y va pas avec le dos de la cuillère. À peine quelques heures après l’annonce de sa candidature à l’élection présidentielle de 2022, la femme politique de 54 ans a accordé une interview à Julien Arnaud, sur le plateau du 20 Heures de TF1. À l’occasion de cet entretien, la présidente de Libres ! en a révélé davantage sur ses intentions. “Je suis candidate à la présidence de la République pour restaurer la fierté française”, a-t-elle lancé avant de poursuivre : “Je veux rompre avec dix ans de mauvais choix, de tergiversations et d’immobilisme, et je pense qu’il faut remettre le pays en ordre et qu’il est temps.” Ces sous-entendus sur le quinquennat d’Emmanuel Macron, qui s’achèvera dans moins de dix mois, et sur celui de son prédécesseur François Hollande, ont précédé une avalanche de critiques sur ceux qui pourraient devenir ses adversaires les plus redoutés, à savoir le président sortant et Marine Le Pen.

“En quoi la politique que vous mèneriez serait si différente de celle d’Emmanuel Macron ? Vous voulez représenter la droite et le centre, est-ce que c’est si éloigné de son positionnement ?”, lui a demandé le journaliste. Il n’en fallait pas plus pour que Valérie Pécresse s’en prenne à l’actuel président de la République. En effet, la présidente de la région Île-de-France a pointé du doigt “l’enfer bureaucratique qui est la caractéristique de l’État technocratique macronien”. L’épouse de Jérôme Pécresse a ensuite souligné vouloir “proposer une alternative au duel Macron-Le Pen”. Et d’ajouter, sans mâcher ses mots : “Je pense que les Français ne veulent pas de ce duel. Je suis beaucoup plus réformatrice qu’Emmanuel Macron et moi je n’ai pas peur de la sanction. Et par ailleurs, j’ai beaucoup plus d’autorité que Marine Le Pen.” Des propos qui ont au moins le mérite d’être clairs.

“Emmanuel Macron a envoyé cinq ministres face à moi aux régionales”

Dans les colonnes du Figaro, auprès de qui elle a annoncé sa candidature officielle, les tensions se faisaient déjà ressentir entre Valérie Pécresse et Emmanuel Macron. Interrogée sur une éventuelle nomination en tant que première ministre du mari de Brigitte Macron, elle a répondu : “Les femmes ne sont pas là pour jouer les numéros deux. Par ailleurs, pour ceux qui l’auraient oublié, Emmanuel Macron a envoyé cinq ministres face à moi aux régionales. Je suis prête à être la première femme présidente de la République.”

Source: Lire L’Article Complet