Valérie Damidot  : cette interview qui lui fait perdre son calme, "14 jours d’ITT alors ferme la merci"

Valérie Damidot n’a pas pu retenir sa colère après avoir découvert une interview du délégué général de La République en Marche, Stanislas Guérini, mercredi 18 mai 2022 sur franceinfo. L’animatrice lui a lancé un message cinglant sur Twitter.

Révélée au grand public grâce à l’émission culte D&CO sur M6,Valérie Damidot exerce désormais ses talents d’animatrice sur les antennes du groupe TF1. Réputée pour ne pas avoir la langue dans sa poche, la présentatrice n’a pas hésité à tacler sévèrement le délégué général de La République en Marche, Stanislas Guérini, mercredi 18 mai 2022 sur Twitter. Ce jour-là, l’homme politique était l’invité de la matinale de franceinfo pour répondre aux questions des journalistes Marc Fauvelle et Salhia Brakhlia. Interrogé au sujet des prochaines élections législatives, Stanislas Guérini a évoqué le cas de l’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, Jérôme Peyrat.

Condamné pour violences conjugales en 2020, l’homme politique avait tout de même pu se présenter aux prochaines élections législatives sous les couleurs de la majorité présidentielle, avant de finalement se retirer suite à la polémique engendrée par sa candidature. "Si j’avais la conviction, ou même le soupçon qu’on ait affaire à quelqu’un qui puisse être violent et coupable de violence sur les femmes, jamais je n’aurai accepté cette investiture-là. Son ex-compagne a, elle aussi, été condamnée dans cette même affaire. Vous voyez bien qu’il y a une affaire qui est complexe. Il n’a pas été condamné à l’inéligibilité", avait déclaré Stanislas Guérini durant cette fameuse interview. "14 jours d’ITT (Incapacité Temporaire Travail, ndlr), alors ferme-la, merci", lui a sèchement répondu Valérie Damidot sur Twitter.

Stanislas Guérini s’attire les foudres de Valérie Damidot pour avoir défendu Jérôme Peyrat sur franceinfo

"L’alliance de la mauvaise foi, des raccourcis partisans et de la bonne conscience à peu de frais, amplifiée par des canaux digitaux où l’anonymat le dispute à l’ignorance des procureurs d’occasion, amalgame un épisode de ma vie sur lequel je me suis largement expliqué, avec une violence qui m’est totalement étrangère", a indiqué pour sa part Jérôme Peyrat à l’AFP, afin de dénoncer une certaine forme d’acharnement contre lui. "Stanislas a fait une énorme maladresse ce matin. À partir du moment où l’on défend la cause du droit des femmes, on ne peut pas investir un mec condamné pour violences conjugales, quand bien même c’est complexe", a affirmé de son côté un proche d’Emmanuel Macron jeudi 19 mai 2022 dans les colonnes du Parisien.

Source: Lire L’Article Complet