Valérie Damidot : ce traumatisme qui la suit depuis sa jeunesse

À l’affiche de la quatrième saison des “Plus Belles Vacances”, Valérie Damidot a accordé une interview à nos confrères de Télé 7 jours. L’animatrice a évoqué ses vacances d’été, dont un traumatisme qui la suit depuis sa jeunesse.

Ce souvenir traumatique. Présente sur nos écrans cet été dans la quatrième saison des Plus Belles Vacances, Valérie Damidot a accordé une interview au média Télé 7 jours. L’animatrice connue du grand public a évoqué ses plans pour la saison estival. “Passage obligé par l’île de Ré, où je vais depuis que je suis toute petite” a-t-elle expliqué. Avant d’ajouter : “Maintenant que mes enfants sont grands, on passe l’autre moitié des vacances dans une région ou à l’étranger.” Cette année, le choix de la petite famille s’est porté sur l’Espagne, et “j’y rejoindrai mes enfants en voiture, avec mon mari.”

Un long trajet attend donc Valérie Damidot avant de rejoindre le soleil espagnol. Hors de question pour cette dernière de prendre l’avion, puisque ça la “traumatise trop.” Et pour cause, “quand j’étais très jeune, j’ai vécu un petit accident d’avion sur une île de la Thaïlande.” Rien de grave à signaler, mais “après un atterrissage moyen, la porte de l’appareil ne s’ouvrait plus” depuis “je suis donc restée un peu en mode claustro.” Même après avoir essayé de vaincre cette peur, “rien n’y fait.” Donc la voiture reste son premier choix.

Valérie Damidot : cette grande peur

Depuis, l’animatrice de 56 ans a même peur de prendre l’ascenseur et le taxi en pleine journée de peur de rester coincée dans les embouteillages. « Ça m’a déclenché une claustrophobie. C’est très compliqué pour moi de prendre un ascenseur. On a galéré parfois quand on faisait D&Co et qu’il fallait monter au 15e étage : je montais à pied ! », se souvenait-elle. Un quotidien ainsi modifié par cet épisode très douloureux. Et pourtant, Valérie Damidot a tenté d’avoir recours, sans succès, à l’hypnose. Aux grands maux les grands remèdes, elle décidait en juin 2018 de suivre un stage pour en finir avec sa phobie de l’avion. Pour autant, ce traumatisme est toujours présent.

Crédits photos : COADIC GUIREC / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet