Vaccination : les propos de Jean Castex sur "une troisième dose" inquiètent les Français

En déplacement à Blois le jeudi 8 juillet 2021, Jean Castex a ouvert la voie à la possibilité d’injecter une troisième dose à certains Français déjà vaccinés. Mais hors de question pour le Premier ministre de parler d’échec de la vaccination.

  • Jean Castex

Le variant Delta va-t-il changer la donne concernant les vacances d’été 2021 ? Alors que le gouvernement conseille aux Français de ne pas se rendre en Espagne ou au Portugal, particulièrement touchés par la recrudescence du virus, l’option de la vaccination reste celle qui est privilégiée par les politiques. Ainsi, alors que la question de la vaccination obligatoire pour les soignants à la rentrée, puis celle de la fin de la gratuité des tests PCR, un autre sujet vient faire débat au sein de la majorité présidentielle : une troisième dose de vaccin pour les patients les plus vulnérables. Jeudi 8 juillet 2021, lors d’un discours prononcé au congrès annuel de Villes de France à Blois, le Premier ministre Jean Castex a ouvert la voie à cette possibilité, provoquant de nouvelles inquiétudes après les nombreuses interrogations sur l’efficacité des vaccins.

Vaccination : quelles sont les personnes visées par une troisième dose ?

Pour le locataire de Matignon, cette possibilité concernerait ceux qui ont été “vaccinés les premiers, à la fois parce qu’ils sont vulnérables et que cette vaccination est intervenue de manière anticipée”. Il a ensuite précisé : “il nous faudra une troisième dose, parce que les défenses immunitaires s’affaiblissent”. Autrement dit, les personnes âgées et les personnes souffrant de comorbidités seraient celles visées par le chef du gouvernement. Il ne s’agit donc nullement d’un aveu d’un échec de la vaccination. Bien au contraire, Jean Castex a tenu à rappeler l’importance de cet acte : “La vaccination est notre meilleure arme contre ces variants”. Le bras droit d’Emmanuel Macron a également ajouté que c’est la vaccination “qui protège contre les formes graves de la maladie”. De nombreuses autres options pour déployer la campagne dans l’Hexagone sont envisagées comme l’obligation de la vaccination pour les adolescents. Au jeudi 8 juillet 2021, plus de 35 millions de Français ont reçu au moins une injection, soit 52,1% de la population totale.

Source: Lire L’Article Complet