Une sacrée gifle pour Meghan Markle : cette plainte officiellement rejetée

Le gendarme de l’audiovisuel britannique a décidé ce mercredi 1er septembre de ne pas donner suite aux près de 58 000 réclamations, dont celle de Meghan Markle, contre les critiques de Piers Morgan vis-à-vis de la duchesse, qu’il accuse d’être une menteuse.

Le gendarme de l’audiovisuel britannique n’a pas tranché en faveur de Meghan Markle. Ni en faveur des quelques 58 000 réclamations déposées à l’Ofcom à propos des commentaires du présentateur Piers Morgan, au lendemain de l’interview de Meghan Markle et de son époux, le 8 mars 2021. Ofcom, l’équivalent du CSA outre-Manche, a annoncé ce mercredi 1er septembre que les critiques de l’interview de la duchesse de Sussex faites par Piers Morgan relevait de la liberté d’expression, et que le sanctionner constituerait “une restriction effrayante” de celle-ci.

Au lendemain de la diffusion de l’interview-choc de Meghan Markle, Piers Morgan, alors présentateur de l’émission Good Morning Britain, diffusée sur la chaîne ITV, avait déclaré qu’il “ne croyait pas un mot de ce qu’elle disait“, ajoutant qu’il “ne la croirait pas si elle lisait un bulletin météo“, et que “le fait qu’elle ait entamé cette charge contre notre Famille Royale est méprisable à mes yeux“. Après une altercation avec son collègue en charge de la météo Alex Beresford, il avait quitté le plateau de l’émission. La journée du 9 mars était à peine terminée, que la chaîne avait annoncé le départ de Piers Morgan de son poste. Quelques jours plus tard, Piers Morgan avait concédé “qu’il n’était pas de son ressort de remettre en question le fait qu’elle avait des pensées suicidaires“, tout en continuant à défendre “son droit à avoir une opinion“.

Les commentaires du journaliste, qui semblaient faire peu de cas de la santé mentale de la duchesse de Sussex, avaient entraîné 57 793 signalements auprès de l’Ofcom, un record depuis la création du régulateur il y a 18 ans. Et parmi ces réclamations, l’une d’elles porte la signature de la principale intéressée, Meghan Markle, qui aurait déposé une plainte directement auprès de la chaîne ITV. Sans émission à présenter, Piers Morgan a continué à charger Meghan Markle dans les médias, l’accusant de mensonges à plusieurs reprises, et la surnommant “Princesse Pinocchio“.

“Un soutien sans équivoque” à la liberté d’opinion de Piers Morgan

La décision du gendarme de l’audiovisuel a jugé, que ces propos relevaient de la liberté d’expression : “En accord avec la liberté d’expression, Mr Morgan avait le droit d’affirmer qu’il ne croyait pas aux allégations du duc et de la duchesse de Sussex, d’avoir et d’exprimer un point de vue qui remet en question leur avis. Le code d’Ofcom autorise à la fois les individus à exprimer leurs positions, vivement et de manière argumentée, y compris celles qui peuvent être dangereuses ou hautement offensantes, et les chaînes à diffuser celles-ci dans leurs programmes. Restreindre ce type de positions serait, de notre point de vue, une restriction injustifiée et effrayante de la liberté d’expression, du diffuseur et du public.” Cependant, la décision ne constitue pas un blanc-seing pour l’attitude de Piers Morgan : l’Ofcom a exprimé son inquiétude vis-à-vis de ses commentaires concernant la santé mentale, notamment “son apparent mépris du sérieux à accorder à quiconque exprime des pensées suicidaires.” Piers Morgan peut remercier ainsi ses coprésentateurs, Susanna Reid et Chris Ship, qui avaient vivement remis en question ses propos, et apporté ainsi “une protection adéquate aux téléspectateurs“, a jugé le régulateur, offrant ainsi une décision “finement équilibrée“.

Piers Morgan s’est lui montré “ravi” de la décision, qu’il a salué comme une “victoire retentissante pour la liberté d’expression, et une défaite toute aussi retentissante pour Princesse Pinocchio.” “La décision revient à un soutien sans équivoque et catégorique de mon droit à avoir une opinion. Il est absurde que j’ai dû quitter un travail que j’aimais parce que je ne croyais pas une menteuse avérée.“, a-t-il poursuivi. “Mais c’est ce qui arrive que le monde de l’entreprise doit abandonner face à la “foule woke” à chaque fois que celle-ci réclame la tête de quelqu’un.” Malgré ces polémiques, le journaliste fait partie des nommés pour le prix du Meilleur présentateur aux National Television Award, qui devrait être attribué le 9 septembre.

Crédits photos : © Capture TV CBS via Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet