“Un semi-confinement des non-vaccinés” : le Pr Alain Fischer cash sur le pass vaccinal

Une “solidarité entre les citoyens d’un même pays”, voilà comment le professeur Alain Fischer voit la vaccination en France aujourd’hui, comme il l’a expliqué sur les ondes de France Inter, ce lundi 20 décembre.

Le professeur Alain Fischer, nommé par Jean Castex il y a plus d’un an pour coordonner la stratégie vaccinale de l’État contre le Covid-19, était interviewé dans le 7-9 de France Inter ce lundi 20 décembre. Le médecin a développé des propos qui défendent l’idée de la nécessité de la vaccination. “Devant l’émergence de ce nouveau virus, tous les moyens (raisonnables) doivent être entrepris [pour vacciner la population] puisque c’est ainsi qu’on se protège. Le pass vaccinal signifie deux choses », a énuméré le médecin.

« Il donne un message aux personnes, pour leur dire qu’on ne peut pas avoir une activité sociale sans être vacciné, parce qu’on risque de se contaminer et de contaminer les autres. C’est donc une sorte de semi-confinement des personnes qui ne sont pas vaccinées : ce que l’on peut comprendre, vu, à nouveau, les risques. D’autre part, c’est une très forte incitation à cela”, a analysé Alain Fischer, qui avait prédit, en octobre 2021, un hiver difficile.

« Leur sécurité dépend des autres »

“Je pense que la logique voudrait, considère Alain Fischer, que les personnes non-vaccinées comprennent que c’est leur propre intérêt ». Il précise alors que certains jeunes « font des formes graves ». Toutefois, pour le président du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, “il y a un minimum de notion de solidarité”, estime-t-il. Car avec « 350 000 personnes » en France qui sont « mal protégées par le vaccin », le professeur estime que « nous qui avons la chance d’être en bonne santé, nous devons nous vacciner pour nous-même mais aussi pour eux.

Et le professeur de conclure : “C’est vraiment un appel à solidarité entre citoyens d’un même pays. Je pense qu’on peut entendre ce discours face à l’efficacité du vaccin et sa très bonne tolérance.” En juillet 2021, le professeur s’était insurgé contre les personnes qui attendaient la version Sanofi du vaccin contre le Covid-19 : “Considérer qu’il faille attendre ce vaccin parce qu’il serait potentiellement plus sûr, ou que sais-je, que les vaccins actuels est une erreur complète”, avait-il alors déploré.

Article rédigé avec la collaboration de 6Médias.

Crédits photos : Eric Tschaen / Pool / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet