"Un bouffon sympathique…" : Nagui jaloux ? Une ancienne chargée de production balance sur la relation de l’animateur avec Jean-Luc Reichmann

Dans le livre de René Chiche « Nagui, un enfant de la télé », une ancienne chargée de production s’est confiée sur la relation de Nagui et Jean-Luc Reichmann

Ce n’est plus un secret pour personne, Jean-Luc Reichmann et Nagui sont de vieux amis. Sur les réseaux sociaux, les deux acolytes s’affichent d’ailleurs régulièrement ensemble. En août dernier, le célèbre animateur des « 12 Coups de midi » partageait ainsi un cliché de sa complicité avec son confrère qu’il décrivait alors comme « un ami de 30 ans ». Une belle déclaration qui avait mis un terme à la rumeur d’une rivalité entre les deux présentateurs. En effet, beaucoup semblent penser que la diffusion de leurs émissions durant la même tranche horaire était source de conflit. Pendant plus de 15 ans, les deux célébrités ont animé des programmes en simultané. Pour l’un, « Tout le monde veut prendre sa place » sur France 2. Pour l’autre, « Attention à la marche » et « Les 12 Coups de midi ». Une réussite de taille pour l’époux de Nathalie Lecoultre. 

Loin de s’attendre à un tel succès de son partenaire, Nagui s’était alors confié dans les colonnes du Parisien en 2009. « Jean-Luc Reichmann a été mon chauffeur de salle dans ‘Que le meilleur gagne !’, puis voix off sur le programme et sur N’oubliez pas votre brosse à dents’. Il était très doué pour les imitations. Très honnêtement, j’avais des doutes sur le long terme et la faisabilité de le mettre à l’antenne sur un jeu. C’est dire si j’ai eu du flair… » Fier du parcours de son ami, Nagui ne pensait pourtant pas que Jean-Luc Reichmann deviendrait aussi célèbre dans son domaine. Une ancienne chargée de production de l’émission a d’ailleurs affirmé dans le livre de René Chiche « Nagui, un enfant de la télé » , « Nagui ne prenait pas vraiment Jean-Luc au sérieux. » Et de poursuivre : « Il le considérait plutôt comme un excellent comédien, certainement pas comme un présentateur en devenir. (…) Il me disait souvent qu’il en faisait trop et que ça ne passerait pas face à la caméra. Il le prenait pour un bon déconneur, un metteur d’ambiance, un bouffon sympathique sans envergure. (…) Je pense en réalité qu’il le craignait peut-être un peu, sans vouloir le dire, comme si Reichmann pouvait le concurrencer. »

Source: Lire L’Article Complet