« Terroriste, salopard » : Mohamed Bouhafsi (C à vous) raconte le harcèlement scolaire dont il a été victime

À tout juste 29 ans, Mohamed Bouhafsi s’est déjà fait un nom. Chroniqueur dans C à vous, il est aussi aux côtés d’Anne-Sophie Lapix et Natalie Saint-Cricq dans 20h22. Toujours souriant, ce journaliste perfectionniste et ambitieux cache derrière lui un passé lourd, victime de violences par son père durant l’enfance. Mais aussi de harcèlement scolaire.

Dans son ouvrage Rêver sous les coups (éd. Larousse), Mohamed Bouhafsi raconte, sous la plume de Géraldine Maillet, son parcours mais surtout la violence de son père qui a été son quotidien durant l’enfance. Chroniqueur dans C à vous, le journaliste de 29 ans a toujours eu cette soif de réussir et tout accomplir afin de pouvoir sauver la femme de sa vie, sa mère, personnage central de son livre. En plus de rapporter les « scènes de guerre » causées par les coups de son « bourreau », ou encore le rapt qu’a organisé ce dernier, Mohamed Bouhafsi révèle avoir été victime d’harcèlement scolaire. « Terroriste, salopard« , pouvait-on lire dans son agenda.

Au sein d’un collège catho, dans le 16e arrondissement de Paris, il se sent « différent« , de par son look, son nom et son apparence. L’ex-journaliste de RMC a des complexes et les « Mohamed Couscous » auxquels il va avoir le droit de la part de certains élèves ne vont naturellement pas aider. « Je pense que c’est parce que je suis un peu gros ou reubeu. Ou les deux« , écrit-il.

‘ »Mohamed = terroriste' »

Un soir à la sortie du collège, il se fait « pousser violemment par deux garçons » de sa classe. Il s’ouvre la tête en tombant et finit par entrer dans une bagarre avec eux. Une altercation qui finira au commissariat rue de la Faisanderie, après une menace de plainte contre lui. S’il a peur de décevoir sa mère, qui se sacrifie pour lui depuis sa naissance, Mohamed Bouhafsi va surtout déclencher sa stupeur lorsqu’elle découvre son agenda et les inscriptions qui l’ornent. « Une dizaine de pages autour du 11-Septembre des ‘Mohamed = terroriste’, ‘Putain de terroriste, Mohamed Ben Laden’. ‘C’est toit, salopard, le World Trade Center‘ », peut-on lire dans Rêver sous les coups.

https://www.instagram.com/p/CIJMzZwh9F3/

A post shared by Mohamed Bouhafsi (@mohamedbouhafsi)

Silence et vengeance

Ce harcèlement scolaire comme beaucoup d’autres victimes, Mohamed Bouhafsi l’avait gardé pour lui. Il a obtenu sa « vengeance » quand il a pu réintégré son école après que la directrice l’a exclu jusqu’à nouvel ordre. Un discours bouleversant.

Crédits photos : Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet