Stuart Gordon (Re-Animator) : Mort du maître de l’horreur à 72 ans

Carnet noir. Stuart Gordon, le génie machiavélique aux ficelles du film “Re-Animator” mais aussi le scénariste de “Chérie, j’ai rétréci les gosses”, est mort à l’âge de 72 ans. Sa famille a confirmé la triste nouvelle le 24 mars 2020 au magazine “Variety”.

L’horreur fictive, c’était son dada. Mais voilà qu’elle est devenue bien réelle. Le réalisateur Stuart Gordon est mort à l’âge de 72 ans, comme l’a confirmé sans plus de détails sa famille au magazine Variety, le 24 mars 2020. Il laisse derrière lui un patrimoine phénoménal au septième art, de Re-Animator – son premier film, devenu cultissime – aux Portes de l’au-delà en passant par Space Truckers. Ses proches le pleurent tout autant que les cinéphiles : son épouse Carolyn Purdy-Gordon, ses filles Suzanna, Jillian et Margaret, ses quatre petits-enfants et son frère David.

Stuart Gordon a débuté sa carrière de réalisateur en 1985. Mais il n’a pas oeuvré que pour terrifier petits et grands. En réalité, les planches le faisaient aussi vibrer puisqu’il a cocréé avec sa femme l’Organic Theater Company et travaillait, ces dernières années, pour le théâtre de Los Angeles. Il a notamment coécrit le livret de la comédie musicale inspirée de Re-Animator et dirigé la pièce Nevermore… an evening with Edgar Allan Poe dans laquelle jouait Jeffrey Combs, l’ancien interprète d’Herbert West.

Stuart Gordon avait peur… du sang

Le réalisateur est également à l’origine d’une saga bien connue des enfants des années 1990. En 1989, Chérie j’ai rétréci les gosses, c’était lui. Il a écrit le premier film “comme un film d’horreur sans le sang et le gore“, comme le rappelle BFMTV, et a produit la suite de ces drôles d’aventures scientifiques. Pour cause, la profusion d’hémoglobine lui posait un réel problème… alors que les scènes sanguinolentes sont monnaie courante dans son milieu professionnel. “Plus d’une fois, Carolyn s’est moquée de moi en me voyant quasiment m’évanouir parce que, par exemple, un de mes enfants s’était blessé et saignait” expliquait-il à Écran Large en 2007. Un comble, mais cela ne l’a pourtant pas empêché de graver son nom au panthéon des maîtres de l’horreur…

Source: Lire L’Article Complet