Stéphane Rotenberg : qui est sa fille Emma ?

Si Stéphane Rotenberg crève l’écran aux commandes de Pékin Express, comme il le fera à nouveau ce mardi 23 février sur M6, sa fille Emma fait fureur du côté des réseaux sociaux. Explications.

A propos de

  1. Stéphane Rotenberg

Stéphane Rotenberg signe son retour sur le petit écran ce mardi 23 février dès 21 heures à l’occasion du premier numéro de la quatorzième saison de Pékin Express. Diffusion faisant suite à un tournage difficile. Fidèle au poste depuis les premiers épisodes du programme qu’il incarne, le présentateur fait certainement la fierté de sa fille unique Emma. Une jeune femme de 24 ans, fruit de son mariage discret et heureux avec Nathalie Pisibon, qui le comble tout autant de bonheur en poursuivant sa passion pour la mode à travers une carrière de mannequin. Profession pour laquelle elle a été prête à quitter le cocon familial et prendre la direction de Milan, en Italie, puis celle de la Grèce, à l’âge de 17 ans.

Le catwalk n’est pas son unique terrain de jeu puisqu’elle s’essaie aussi au métier de styliste avec succès. “J’ai commencé par dessiner mes collections à l’âge de 13 ans. J’essayais toutes les tenues qui me plaisaient dans les boutiques et je choisissais celle qui se mouvait le plus”, s’est remémorée Emma Rotenberg auprès de Vogue. Ainsi, en 2018, elle a lancé sa propre griffe baptisée Rowen Rose. Mélange “entre Prada et Céline”, comme elle l’assure, et dont elle fait la promotion sur son compte Instagram suivi par plus de 27 000 abonnés. La fille de Stéphane Rotenberg a fait du réseau social sa plateforme de prédilection, dévoilant un style assuré, coloré, une moue boudeuse semblable à celle de Lily-Rose Depp, une autre “fille de” devenue nouvelle icône, et une vie amoureuse au beau fixe. C’est en tout cas ce qu’elle a fait comprendre au mois d’août 2020 lorsqu’elle a pris la pose au côté d’un beau brun du nom de Jules-Arthur Sastre, avec qui elle aurait fêté “7 ans d’amour.”

https://www.instagram.com/p/CEMo8doohp1/

A post shared by Emma Rowen Rose (@emmarowenrose)

“Mon héroïne, c’est ma fille”

Sa détermination et son ingéniosité suscitent désormais l’admiration. Loin de son plateau, Stéphane Rotenberg est un père ébahi par l’autonomie de sa fille, devenue étoile montante du milieu sélect de la mode par ses propres efforts. L’âme d’une self-made woman. “J’ai été bluffé. Moi j’ai quitté le domicile parental à vingt-deux ans. Et encore, je rentrais le week-end avec mon linge sale !”, s’est-il souvenu auprès de Gala. “Elle, à dix-sept ans et demi, elle est partie toute seule chercher son appartement, gérer ses inscriptions. Je n’ai eu qu’à la rejoindre pour valider ses choix et donner quelques conseils de circonstances.” Et d’ajouter : “Beaucoup de femmes ont marqué ma vie, mais mon héroïne, c’est ma fille Emma. Elle m’étonne chaque jour davantage.” Lycéenne, ses journées ont été longues et fastidieuses puisqu’elle a suivi des cours du soir aux Beaux-Arts avant d’intégrer l’École supérieure des arts et techniques de la mode.

https://www.instagram.com/p/CHiLOPMgKyu/

A post shared by Emma Rowen Rose (@emmarowenrose)

Stéphane Rotenberg, “un père qui laisse faire”

Mais c’est certainement grâce à son père que Emma Rotenberg a acquis cette impressionnante indépendance. Loin de sa famille pour les besoins de sa carrière, à son plus grand regret, Stéphane Rotenberg a appris à faire confiance à sa fille. Ce qui lui aurait manifestement donné des ailes. “Je suis un père qui laisse faire. Très peu dirigiste. J’ai peut-être tort mais ce qui est sûr, c’est que je suis toujours présent pour ma fille”, nous a-t-il avoué. “Lorsqu’elle était plus jeune, j’ai été très absent, j’ai loupé son anniversaire tous les ans durant six ou sept ans à cause du tournage de Pékin Express (…) Mais elle le sait, j’aime plus que tout parler avec elle, réfléchir, répondre à ses questions.” Loin de lui en vouloir, Emma Rotenberg a suivi son exemple et pris son propre envol.

https://www.instagram.com/p/CEmepMNoSlx/

A post shared by Emma Rowen Rose (@emmarowenrose)

Crédits photos : BENAROCH/SIPA

Autour de

Source: Lire L’Article Complet