Sophie Davant est lassée des hommes « qui fuient au lieu d’oser »

Dans un portrait que lui consacre Libération à l’occasion de la sortie ce mercredi 19 mai de son livre “Tout ce qui nous lie”, Sophie Davant aborde entre autres la question de la vie amoureuse, et des qualités qu’elle recherche, ou non, chez un partenaire.

A propos de


  1. Sophie Davant

Le seul dont elle dévoile le nom, c’est Raoul. En “der” de Libération ce mercredi 19 mai, Sophie Davant esquisse un portrait-robot d’un éventuel compagnon. Mais la journaliste, célibataire assumée, affirme surtout ce qu’elle n’aime pas chez ses concubins d’un jour ou de toujours.

Ce qu’elle désire c’est “rencontrer des hommes de talents divers et d’expériences variés, souvent plus âgés, avec qui elle fait un bout de chemin amical et amoureux”. “Pas gender“, comme le souligne le portrait, l’animatrice star d’Affaires Conclues veut un homme, revendique la différence des sexes, et ne dit pas non à la drague, même à l’écran. Pas au point de défendre la liberté d’importuner, mais assez pour ne pas vouloir d’hommes “perdus, hésitants, en recherche, qui fuient au lieu d’oser“. Dans son livre Tout ce qui nous lie (Ed. Albin Michel), elle va même jusqu’à trouver “les hommes globalement assez paumés ! Ils ne savent plus vraiment quelle place tenir dans une relation amoureuse. Il est vrai qu’ils me déçoivent parfois.”

Indépendance plutôt que fusion

Mais sa vision du couple n’est pas si classique et traditionnelle. Divorcée depuis 2012 du journaliste et producteur Pierre Sled, elle se refuse à revenir dans en ménage comme elle a pu le connaître avec son ex-mari, autour de leurs enfants. Pour Sophie Davant, longévité dans le couple rime avec “indépendance” et un certain “éloignement, plutôt qu’une fusion, qui mènerait inévitablement à l’explosion.
Comme elle le décrivait déjà pour Femme Actuelle, elle fuit “sans cesse l’ennui”, et aspire à côtoyer “quelqu’un qui m’intéresse et que j’admire”. Optimiste proclamée, elle est persuadée que “le meilleur est à venir. Elle porte haut et fort le message que pour une femme, avoir 57 ans, ce n’est pas la fin de la vie amoureuse, et qu’elle ne se ferme aucune porte, pas même celle d’une mairie. Elle l’évoquait ainsi dans les colonnes de Télé Loisirs : J’adore les histoires d’amour, j’adore le couple et ce n’est pas exclu qu’un jour, je me remarie d’ailleurs”. Pas de quoi rendre jaloux Raoul, son chien, avec qui elle partage désormais son quotidien en solo.

Crédits photos : COADIC GUIREC / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet