"Run The World", le "Sex & The City" 2021 venu de Harlem

La série Run The World raconte les joies, les peines, les ambitions de quatre trentenaires afro-américaines, dans le quartier de Harlem à New York. Vingt ans après Carrie Bradshaw et ses amies, Ella, Whitney, Renée, et Sondi reprennent le flambeau de la sororité.

Ella, Whitney, Renée, et Sondi, quatre Afro-Américaines charmantes et ambitieuses vivant dans le quartier de Harlem, à New York. Célibataires, en couple ou sur le point de divorcer, elles rêvent de conquérir le monde. Mais en attendant, chacune gère sa vie professionnelle, amoureuse et familiale du mieux qu’elle peut. Partageant leurs déboires, leurs rêves et leurs expériences, les quatre amies vont être amenées à s’interroger sur la vraie nature de leur personnalité et sur leur choix de vie.

Un air de “Sex & The City”

Si les ingrédients du scénario font rapidement penser à Sex & The City, la comédie Run The World (1) porte autant sur l’amour et la sexualité que sur la sororité entre femmes noires et l’empowerment féminin. À l’instar du tube de Beyoncé, Run The World (Girls), qui donne son titre à la série, il est surtout question de rappeler aux filles qu’elles gèrent le monde. Ce sont d’ailleurs deux femmes noires qui sont à la tête de cette première saison de 8 épisodes, avec Leigh Davenport en tant que scénariste et productrice, et Yvette Lee Bowser en tant que réalisatrice. Cette dernière s’est notamment distinguée avec les excellentes comédies Living Single, black-ish et Dear White People.

“On ne laisse pas l’humour au seuil de la chambre à coucher”

Dans cette série authentique et décomplexée, les spectatrices trouveront un peu d’elles-mêmes dans chacune des quatre héroïnes : Whitney (Amber Stevens West) la perfectionniste, Ella (Andrea Bordeaux) la romantique qui se cherche, Renée (Bresha Webb) la diva bientôt divorcée dont la carrière est florissante, et Sondi (Corbin Reid), l’intellectuelle en plein questionnement existentiel. «Notre showrunneuse, Yvette Lee Bowser, avait créé Living Single (en 1993, NDLR). C’était l’une des premières séries à intégrer ce que l’on retrouve aujourd’hui dans Run The World : des femmes noires complexes et pas simplement une représentation homogène d’une femme noire aux États-Unis», explique l’actrice Corbin Reid dans une interview donnée à Terra Femina.

Si la série aborde les questions de la représentation, du racisme et du sexisme, elle parle aussi de façon légère de la sexualité. «Run The World est plutôt une comédie et on ne laisse pas l’humour au seuil de la chambre à coucher. C’est assez rare à la télé pour être souligné», ajoute la comédienne qui incarne Sondi.

(1) À découvrir dès maintenant sur StarzPlay.

Source: Lire L’Article Complet