Roselyne Bachelot disruptive : sa demande osée à Emmanuel Macron

Nommée ministre de la Culture le 6 juillet dernier, Roselyne Bachelot est déterminée à faire tout son possible pour venir en aide aux intermittents du spectacle, éreintés par la crise, comme elle l’a expliqué ce lundi 13 juillet sur LCI. Et pour ce faire, elle n’hésitera pas à taper du poing sur la table.

Victime d’un bashing incroyable pendant plusieurs années, Roselyne Bachelot a récemment été réhabilitée. Une nouvelle popularité qui lui a valu d’être nommée ministre de la Culture le 6 juillet dernier. Connue pour ne pas mâcher ses mots, l’ancienne ministre de la Santé de Nicolas Sarkozy a bien l’intention de se faire entendre au gouvernement, quitte à agacer certains de ses confrères. Invitée d’Élizabeth Martichoux ce lundi 13 juillet, la politique a d’ailleurs fait une étonnante révélation.

La ministre a en effet révélé avoir demandé à Emmanuel Macron et son premier ministre Jean Castex de lui adjoindre un secrétaire d’Etat au ministère de la Culture. Une démarche loin d’être courante, comme le souligne le journaliste politique Etienne Baldit sur Twitter, qui s’étonne également que Roselyne Bachelot fasse une telle révélation à la télé.

Bachelot indique sur @LCI avoir demandé à Macron et Castex de lui adjoindre un(e) secrétaire d'Etat au ministère de la Culture. Pas si courant comme démarche, encore moins courant de le raconter à la télé

“Mon rôle, ce n’est pas de pleurnicher”

Sans langue de bois, l’ancienne chroniqueuse le dit sans hésitation : “Mon rôle, ce n’est pas de pleurnicher“. Pendant son mandat, elle n’a pas seulement l’intention de panser les blessures des acteurs de la culture, meurtris par la crise, mais également de participer à la relance économique, et pour ce faire, en plus d’un secrétaire d’État, elle le sait, les moyens financiers sont primordiaux. “Faut que ça aille vite, s’agace-t-elle, on voit qu’il y a quelque fois des embourbements technocratiques (…) il y a de l’argent de façon considérable qui va être mis sur la table (…) peut-être cent milliards… Et il ne s’agit pas de pleurnicher à Bercy” mais bien “de présenter des projets“. Un fort tempérament avec lequel va devoir composer Emmanuel Macron…

Crédits photos : LCI

Source: Lire L’Article Complet