Que devient Moundir, l’aventurier incontournable de Koh-Lanta ?

TF1 fête le vingtième anniversaire de Koh-Lanta avec une émission spéciale, Koh-Lanta : La Grande aventure, diffusée ce mardi 21 décembre à 21h05, sur TF1. Moundir, l’aventurier culte, y donnera de ses nouvelles.

« Aucun honneur ! Aucune dignité ! » S’était-il écrié après son élimination. La scène, mainte fois rediffusée est devenue culte. C’est Moundir, qui en est à l’origine. Cet aventurier, qui a participé à trois reprises à Koh-Lanta, est devenu emblématique de l’émission grâce à ses colères, ses petites phrases et ses stratégies. Dans Koh-Lanta : La Grande aventure, diffusée ce mardi 21 décembre à 21h05, sur TF1, le participant donnera de ses nouvelles et les téléspectateurs pourront (re)découvrir les meilleurs moments de ses trois aventures.

Depuis 2014 et sa dernière participation au jeu, Moundir est resté proche du monde de la télé-réalité. Son émission, Moundir et les apprentis aventuriers, reviendra bientôt pour une cinquième saison, sur W9. Et même s’il n’en assurera pas la présentation, c’est lui qui a contribué à faire le succès de cette télé-réalité.

> (Re)Découvrez le casting de Koh-Lanta, la légende

De gros soucis de santé

Mais Moundir n’a pas marqué l’année 2021 par ses succès à la télévision mais bel et bien par ses multiples soucis de santé. À 47 ans, l’aventurier a été hospitalisé deux semaines après une sévère infection au Covid-19. Il a ensuite contracté une embolie pulmonaire, en avril dernier. Celle-ci aurait pu lui être fatale mais heureusement, elle a été diagnostiquée à temps. Ces complications sérieuses ont durement éprouvé son organisme, le délestant de près de 20 kilos en quelques jours.

Moundir est longtemps resté en convalescence, il a dû subir un traitement anticoagulant pour venir à bout de ses problèmes respiratoires, il a également suivi plusieurs séances de rééducation. Au cours d’un entretien accordé à 50 Minutes Inside, sur TF1, il a évoqué un souvenir précis, au plus fort de la maladie : « Je ressentais des choses au fur et à mesure et je savais qu’à ce moment-là, la douceur que je sentais sur ma main droite commençait à partir. Alors peut-être qu’on va me prendre comme un fou, mais je pense que c’est mon père qui me tenait« , a-t-il raconté, les larmes aux yeux, en référence à son papa Ali, mort en 2005 d’un cancer.

Article écrit en collaboration avec 6Medias.

Crédits photos : RACHID BELLAK / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet