Présidentielle 2022 : Christiane Taubira "peu respectueuse" ? Ses anciens amis se lâchent

Annoncée candidate à la prochaine élection présidentielle, Christiane Taubira doit depuis faire face à de vives critiques. Certaines apparues dans Le Parisien, dimanche 23 janvier 2022, remontent à l’époque du mandat de François Hollande.

  • Anne Hidalgo

C’est la dure loi de l’univers politique. Tout récemment annoncée candidat à l’élection présidentielle de 2022, Christiane Taubira, qui sera fixée sur son avenir après le verdict de la Primaire populaire de la gauche, doit faire face à de virulentes critiques sur une candidature moyennement acceptée. Mais l’ex-garde des Sceaux voit également son passé au gouvernement ressurgir et certaines critiques autour de son comportement avec, à l’image de celles recueillies dans Le Parisien, dimanche 23 janvier 2022. Ces quatre années en tant que ministre de la Justice entre 2012 et 2016 ont pour le moins marqué ses collaborateurs, mais pas toujours positivement. À commencer par l’ex-chef de l’État, François Hollande, qui se souvient de méthodes de travail bien particulières de la native de Cayenne en Guyane. « Sa méthode de travail a souvent déconcerté son entourage, active la nuit plus que le jour, allergique à toute contrainte administrative, intolérante face à toute lenteur de procédure », précise-t-il.

« Avec ses anciens collaborateurs de la Place Vendôme, c’était du brutal »

La femme aux convictions axées à gauche se voit un peu plus égratignée par son clan politique de l’époque et notamment par un ex-ministre socialiste et soutien d’Anne Hidalgo. Ce dernier pointe du doigt son comportement ainsi que ses points d’incompétences de l’époque. « Avec ses anciens collaborateurs de la Place Vendôme, c’était du brutal. Son attitude était peu respectueuse. C’est une intellectuelle brillante mais elle mettait rarement les mains dans le cambouis. Les parapheurs dans l’attente d’une signature s’accumulaient sur son bureau. La technicité des dossiers lui échappait totalement. » Sa candidature à l’Élysée ne passe pas auprès notamment du clan d’Anne Hidalgo, qui voit cette concurrence d’un mauvais œil. « Sa candidature à la présidentielle 2002 a joué un rôle déterminant dans l’échec de Lionel Jospin, lance ancien ministre socialiste. Et puis, comment croire à ses professions de foi laïques et républicaines alors qu’elle a été une militante de l’indépendance de la Guyane et qu’elle a voté en 2004 contre la loi sur l’interdiction du voile à l’école ? ».

Mais certains personnages du monde politique, et essentiellement des femmes, n’hésitent pas à monter au créneau pour encenser le travail et le charisme de la femme de convictions. À l’image de Laurence Rossignol, ex-ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes : « C’est une bûcheuse et une femme cultivée sans être artificielle. Si elle avait été écoutée sur la déchéance de nationalité, le quinquennat ne se serait probablement pas terminé comme cela. C’était elle qui équilibrait l’aile droite de Manuel Valls. »

Source: Lire L’Article Complet