Penelope Fillon : comment son mari François Fillon la soutient

Les époux Fillon se retrouvent à la cour d’appel de Paris lundi 15 novembre 2021 pour défendre leur cause, dans l’affaire des emplois fictifs dont ils sont accusés, affirmant que leur condamnation a été trop lourde. Nos confrères de Gala ont pu recueillir les propos de François Fillon, présent lors de l’audience du mardi 16 novembre 2021.

  • Penelope Fillon
  • François Fillon

L’affaire Fillon est de retour devant la justice. Le lundi 15 novembre 2021, le procès en appel des époux Fillon s’est ouvert. Ce procès qui se tiendra jusqu’au 30 novembre 2021 porte sur l’emploi fictif de Penelope Fillon : elle a été employée comme assistante parlementaire durant trois périodes, de 1988 à 1990, de 1998 à 2007 et de 2012 à 2013, mais son emploi ne correspondait pas au salaire reçu selon les juges. Ainsi, en juin 2020, l’ancien Premier ministre avait été condamné à cinq ans de prison, dont deux fermes, dix ans d’inéligibilité et 375 000 euros d’amende. Pour Penelope, c’était trois ans de prison avec sursis, deux ans d’inéligibilité, et 375 000 euros d’amende. Le couple a toujours contesté les faits, assurant que la femme de François Fillon a travaillé pendant tout ce temps et a été indispensable pour son mari. Le but de ce procès en appel pour le couple est donc de se racheter, mais aussi de faire entendre la « violence » qu’ils disent avoir subi dans cette affaire.

« Rien ne pourra jamais effacer la violence »

À la barre, François Fillon a d’abord fait part de ses regrets, selon un journaliste sur place rapporté par Gala, mardi 16 novembre 2021 : « Quand j’ai été nommé député, la moitié des députés embauchaient leur conjoint. C’est dans ce contexte que mon épouse a participé à mon action politique. J’ai des regrets de ne pas avoir compris suffisamment tôt que l’emploi des épouses pose question« , a-t-il assuré. Il a surtout évoqué la douleur ressentie par son épouse depuis que l’affaire a éclaté : « Mon épouse est marquée à vie par cette affaire. Rien ne pourra jamais effacer la violence qu’elle a subie », a-t-il ajouté. Ce n’est pas la première fois que la « violence » de l’affaire des emplois fcitifs des époux Fillon est évoquée : selon Roselyne Bachelot, qui avait témoigné dans les colonnes de Paris Match, « François est un homme brisé » par l’affaire surnommée le Penelopegate.

Source: Lire L’Article Complet